24 septembre 2013
Assez!

Les tweets auront-ils la peau de l’émission de Sophia Aram ? Un simple pull rose mérite-t’il 95 commentaires comme sur ce blog mode? Savez-vous que le Front National avec 106 978 like sur Facebook est en tête de tous les partis politiques français-le PS devant se contenter de 71 835 amis? Quant à François Hollande, malgré ses 400 000 followers, sa page Facebook est désespérément restée bloquée au 18 mai 2012 sur un Merci que d’aucuns jugeront un peu décalé aujourd’hui…

Bref, la Toile semble bien souvent folle et ces réseaux sociaux auxquels on prête d’avoir rendu possible des révolutions paraissent à bien des égards être un Satan aussi grand que celui qu’ils souhaitent combattre. Illustration de la vox populi? Celle-ci a en tous les cas de quoi bien faire peur quant aux vilenies-notamment dans les 1,6 millions de supporters du bijoutier niçois- et fautes d’orthographe que l’on y découvre. Gazouiller? Lyncher oui, ou atteindre le degré zéro de communication en tentant de tricher avec abréviations et autres formules bancales pour que cela tienne en 140 signes.

Et même si l’on tente de le faire avec un maximum d’esprit comme Bernard Pivot, on jugera en parcourant le livre qu’il leur consacra en juin dernier qu’aucun arbre ne mérite d’être abattu pour cela. Une étude américaine a par ailleurs démontré que l’usager de Facebook était beaucoup plus déprimé que ceux s’abstenant. Il est vrai que lorsque vos stars préférées vous donnent force détails de leur vie fantastique -l’ex couple Bruel-Amanda Sthers est particulièrement bon pour cela- alors que votre semaine se résume à une carte Navigo et un bureau paysagé, il y a de quoi être un peu entamé, non?

Personnellement, mon inconscient s’arrange pour m’interdire de retenir mes mots de passe ce qui fait que mes propres comptes créés pour suivre le mouvement me sont en grande partie inaccessibles. Même mon BlackBerry -eh oui, je suis une fidèle- refuse de télécharger l’application Facebook. Quant à celle de Twitter, mon dernier remonte à 231 jours via mon téléphone… pourtant je suis bien vivante! Assez en tout cas pour avoir le plaisir qui tient du sacerdoce de gérer ce site qui est lui-même très peu présent sur les réseaux. On songe même à s’en retirer pour accentuer notre particularité. Sans laisse ni maître on vous dit…

Par Laetitia Monsacré

Articles similaires