14 février 2017
Inévitable Marine ?

Ecrire sur Marine Le Pen est un exercice délicat et dangereux. Délicat car il est presque impossible d’être objectif. Dangereux car au moindre soupçon d’accointance, d’approbation ou d’absence de désaccord sur tel ou tel sujet, la foudre est prête à tomber. L’accusation de fascisme n’est jamais bien loin. Celles du racisme ou de la xénophobie aussi. Dangereux donc de s’exprimer sur le cas Marine Le Pen ! Et pourtant, il va bien falloir que cesse ce rapport
biaisé avec la patronne du Front National. Parce qu’il faut lui reconnaître qu’elle est douée comme l’ prouvé sa prestation à l’emission politique de France 2 jeudi dernier, laquelle a battu ses records d’audience avec 3,5 millions de spectateurs; un passage obligé où elle fut des plus convaincante, a fortiori dans la conjoncture actuelle et face à des adversaires qui rendent bien possible son accession à la Présidence.

Une entrée en campagne réussie

Après Lyon le week-end dernier, Marine Le Pen a ainsi réussi son examen de passage médiatique qui ne pouvait pas mieux se dérouler. Elle y a paru à l’aise, maitrisant ses sujets, affable, aimable, souriante, mesurée, pédagogue. Bref en deux mots présidentiable et presque sympathique. Le sondage
de fin d’émission a confirmé cette impression, 41% des français interrogés l’ayant trouvée convaincante. Plus que Juppé, plus que Hamon dans la même émission. Il faut dire que David Pujadas et Léa Salamé ( bientôt en couches, elle ne manquera à personne) l’ont laissée tranquillement dérouler son programme sans jamais vraiment la mettre en difficulté ! La mollesse de ses interviewers lui a servi ! A la fois pour se revendiquer d’une extrême rigueur morale et d’un soutien sans faille aux forces de l’ordre,
histoire de bien faire sérieuse et d’enfiler sans souci le costume de chef de guerre sécuritaire !
Mais aussi pour se revendiquer patriote et consciente des difficultés du peuple de la France oubliée face à cette France bobo, ouverte au monde, cosmopolite, internationale et qui vit dans ce qu’elle appelle le post-nation, l’européisme, le mondialisme ! En un quart d’heure d’émission, elle avait pris le pouvoir !

Des adversaires bien inférieurs

Trois grands moments de débats ont ponctué l’émission. Passons sur le chômage des quinquagénaires auquel elle n’a pas apporté de réponses claires. Passons sur les exportations qui risquerait d’être grevées, et pas seulement elles, nos portefeuilles aussi, par la sortie de l’Union européenne et de l’euro. Le premier débat a eu lieu face à un contradicteur d’extrême-droite ou de la droite nationaliste, dans la droite ligne de Maurras et Barrès ! Patrick Buisson discutant patriotisme des uns et des autres, mariage pour tous, France profonde, racines chrétiennes, du petit lait pour elle ! Comment se donner l’apparence de ne pas être de ce monde là ! 10 points d’un coup…

Deuxième débat, le maire communiste de Montreuil. Respectable magistrat, engagé, militant pour un monde meilleur, honnête, intellectuellement
impeccable ! Mais face à Marine Le Pen, il a usé d’un discours usé, suranné, passéiste ! On peut être en désaccord à propos de la laïcité, de l’immigration, de l’intégration mais user de l’invective et du racisme à chaque instant comme seul argument c’est ôter toute profondeur au débat. Elle a ainsi pu se poser en défenseuse des Français oubliés, de la laïcité, du respect de tous ! A fronts renversés ! Avec une certaine jubilation tant elle sait que la France est crispée et que le lien social si cher à Durkheim est a bout de souffle ! Tant elle sait que les gens sont prêts à se taper les uns sur les autres. Alors qu’elle est prête à foutre le feu avec ses mesures si elle est élue, elle a réussi a faire croire que le maire de Montreuil était un pyromane et elle un
gentille sapeur-pompier prête à éteindre tous le incendies de haine ! 10 points de plus ! Enfin Najat Vallaud-Belkacem est arrivée. La ministre de l’Education nationale s’est montrée hargneuse, prêtre à mordre ! Sans jamais laisser la parole à Marine Le Pen, en imposant ses discours de gauchiste patentée, ses antiennes sur la politique du pire et son refus de toute responsabilité individuelle, la ministre s’est décrédibilisée. A cause de
son ton imprécatoire, elle n’a fait que renforcer l’image de sérénité de la présidente du FN. Ah, il fallait voir Marine Le Pen exultant face à la représentante d’un quinquennat de misère et de dérive ! Elle ne s’est d’ailleurs pas gênée pour assener à la ministre quelques uppercuts bien
trempés sur le bilan de François Hollande ! Allez à la trappe madame la ministre ! Ding, ding, ding, jackpot ! Marine est aux anges !
Alors à la fin de cette émission on s’interroge ! Oui, elle était presque convaincante. Pire, 38% des interrogés du sondage final lui accordent la stature de présidente ! 38% ! Elle n’a jamais été aussi proche du pouvoir ! Et nous ne sommes qu’à la mi-février ! Pour rappel, elle caracole toujours seule en tête entre 25 et 26% des voix ! Pour rappel à la même époque en 2002 son père stagnait à 10%. On se souvient de ce qui est arrivé ! Alors au lieu de pousser
des cris d’orfraie moralistes et simplistes, acceptons de la contredire sur le plan politique.
Sinon, elle est si forte qu’elle finira par gagner ! Peut être pas en 2017 mais certainement en 2022 ! Un France en bleu marine pour bientôt?

Par Ghislain Graziani

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs