26 janvier 2017
Pour un Président de la République intègre

Alors qu’à gauche, on découvre que la fracture est entérinée à l’occasion du dernier débat entre les deux candidats à la primaire, Manuel Vals et Benoît Hamon, à droite, François Fillon goûte aux premières peaux de bananes tout comme Emmanuel Macron, le candidat ni droite , ni gauche. Serait-ils tous deux de ceux que les Français ne veulent plus, c’est à dire des tricheurs? Avec les soupçons qui pèsent sur François Fillon d’avoir rémunéré sa femme comme attachée parlementaire pour la modique somme de 500 000 euros brut en échange d’un emploi qui aurait tout de fictif-personne ne l’a vue- et Emmanuel Macron qui aurait sans complexe financé sa pré-campagne avec l’argent public de Bercy, on parle de 120 000 euros, voilà deux affaires qui à trois mois du scrutin présidentiel vont faire le bonheur de la gauche si tenté qu’elle soit en position de l’emporter. Car avec une faible mobilisation, un peu moins de 1 700 000 votants pour le premier tour, il n’est pas sûr que ces scandales n’éclaboussent Fillon et Macron au grand bénéfice de Marine Le Pen et son “Tous pourris”. De quoi également se demander pour les électeurs si l’on peut faire de la politique sans se salir les mains comme François Fillon qui citait il y a quelques mois le Général de Gaulle en précisant qu’il n’aurait jamais été mis en examen ( et n’aurait jamais donné un travail fictif à Yvonne!) tout en demandant en 1999 l’expulsion du RPR de Jean Tibéri accusé d’avoir fourni un travail fictif à sa femme , Xavière; quant à Emmanuel Macron, le candidat du renouveau, le voilà en tous justement éclaboussé par cet abus de biens sociaux en espèrant qu’il aura à coeur de rendre l’argent public. Alors prochain de la liste, Hamon? A suivre…

LM

 

Articles similaires