21 avril 2017
Et la culture bordel!

Si Jacques Cheminade a insisté sur la culture lors de son passage sur France 2 jeudi soir en rappelant son souhait de consacrer 2 % du budget du PIB ( on est pour Hamon et Mélanchon à 1% du PIB, soit 20 milliard d’euros à comparer aux à 1% du budget de l’Etat pour Macron et Fillon-3,7 milliards d’euros) au Ministère de la culture, reprenant ainsi la politique de Mattéo Renzi en Italie, rares sont les candidats qui se sont exprimés sur la place de la culture dans leur programme. Et si Benoit Hamon a publié un très bon livre sous la direction de Michel Wievorka, La Politique et à nous, où il prenait de la hauteur avec une quarantaine de personnalités de la société civile, rappelant également que la culture ne devait pas être laissé aux seuls mécènes privés ou qu’il taxerait les Gafa (Google, Amazon et cie) on ne peut pas dire que Marine Le Pen ou François Fillon en ait fait leur priorité; ils ont d’ailleurs refusé de répondre à Télérama sur la question tout comme à nous. Emmanuel Macron est lui pour la création d’un Erasmus culturel, un pass culture de 500 euros offert à tous les jeunes mais ne veut pas remettre en cause la concentration des médias aux mains des hommes d’affaires-Patrick Drahi est passé par là…

La fin des concentrations de medias

Mélanchon veut pour sa part mettre fin au “naming” comme le Palais omnisport de Bercy qui s’est rebaptisé Accor Arena ou aux affichage Apple et autres pub sur les bâtiments publics en rénovation, offrant aux intermittents du spectacles un régime digne de leur engagement et de leurs sacrifices. recréation d’une SFP, défense des journalistes qui doivent malheureusement plier sans vergogne comme chez Itélé, anticoncentration, le candidat de la France insoumise entend rendre leur indépendance à une profession qu’il ne porte pourtant pas vraiment dans son coeur…Côté Nathalie Arthaud, elle se positionne comme universaliste, refusant “toute forme de chauvinisme et de repli nationaliste”, avec comme film fétiche Thelma et Louise et réclamant bien sûr la gratuité des musées et des lieux culturels.  Ceux qui existent et les nouveaux comme “ces palais de la découverte, musées de l’imaginaire – où seraient mis à disposition du public tous les grands chefs d’œuvre de l’histoire sous forme de reproduction, en plus d’ateliers pratiques – et les planétariums pour offrir aux enfants et aux adolescents une identité toujours élargie et un sens de la beauté qui permettent de surmonter tous les communautarismes” qu’appelle de ses voeux Jacques Cheminade. Esperons que le gagnat dimanche 7 mai s’en inspire…

AW

Articles similaires