9 janvier 2017
2017, l’année du choix

 

Le boom des inscriptions sur les listes électorales est le seul réconfort de ce début d’année. Les français, en masse, se sont inscrits pour pouvoir choisir, décider, engager la France pour les cinq prochaines années. Seul réconfort cet engouement civique ? Oui, parce que sinon le ton de la campagne fout carrément les foies !

Une gauche déprimante

Si j’étais un électeur de gauche, je serais désespéré. Atterré par tant de gâchis. Cinq ans passés à avaler des couleuvres pour se retrouver lâché en rase campagne par un Président impuissant, insupporté par les ambitions démesurées d’un ancien Premier ministre – ambitions dont l’écho est assez faible dans le pays – et démoralisé par une primaire dont personne n’a que faire et dont la teneur idéologique est d’une faiblesse abyssale ! Après les propos déconnectés de Benoît Hamon, les propositions hypocrites de Manuel Valls – 49.3 et heures supplémentaires défiscalisées, petit pot pourri de reniements – et les absurdités coupables et polémiques de Vincent Peillon, rien de plus normal que dans un sondage 58% des électeurs interrogés se déclarent « pas vraiment » ou « pas du tout » intéressés à quinze jours du premier tour ! Soyons honnêtes, même si au regard de l’Histoire politique de notre pays cette situation est franchement triste, le Parti Socialiste est en passe de mourir et tout le monde s’en fout ! Le parti de la rue de Solferino, autrefois incarnation d’un socialisme à la française, parti du peuple et des classes moyennes, s’est momifié, oubliant que le principe même de la gauche est de proposer au pays une espérance de progrès, de solidarité, de fraternité. Où est la vision de ces hommes et de ces femmes ? Comment en sont-ils arrivés là ? Dépassés sur leur droite par Emmanuel Macron, baudruche qui risque bien, à cause de leur bêtise collective, de réussir son coup, dépassés sur leur gauche par un Jean-Luc Mélenchon revanchard et qui, génial, a réussi son OPA sur les militants du Parti communiste, trop heureux de s’engager derrière un homme dont ils savent bien qu’il ne sera pas élu mais qui leur assure un score à deux chiffres – ça leur rappelle le bon temps – et qui lui aussi risque bien de faire la nique aux vendus de la social-démocratie.

Une droite peu sereine

Si j’étais un électeur de droite, je m’angoisserais également. Fort de sa victoire éclatante et inattendue, qui repose en grande partie sur le rejet de Nicolas Sarkozy et d’Alain Juppé, plus que sur son programme dont, là aussi en faisant preuve d’honnêteté, personne n’avait lu la moindre page, François Fillon se voyait déjà élu. Mais le soufflé est vite retombé. Au delà des polémiques ridicules sur le remboursement du rhume, le dégraissement radical de la fonction publique et son côté grand bourgeois et châtelain de province, ce qui est dangereux pour François Fillon se révèle être les oppositions et les révulsions qu’il suscite dans son propre camp. La danse du ventre égotique de François Bayrou, les candidatures de Michèle Alliot- Marie et de Henri Guaino, même si elles ne passent pas la barre des 500 parrainages, obèrent largement l’illusion d’unité que les Républicains ont voulu nous offrir le soir du second tour de la primaire. Qu’il a été long ce mois de décembre pour François Fillon, plus occupé à départager des ambitions personnelles et à tripatouiller des investitures afin de s’assurer d’une gouvernance aux ordres qu’à parler aux français. Cet éloignement du réel a permis à ses adversaires de l’attaquer sur tous les angles de son programme. Et ce décrochage se ressent dans les premiers sondages de l’année. Sept à huit points de moins, bien loin de la barre des 30% au premier tour, le risque de voir Macron lui passer devant, voilà qui doit donner des sueurs froides aux stratèges de la campagne de François Fillon. Alors vite réagir, investir le terrain, investir les plateaux, s’exprimer ! François Fillon se retrouve piégé par un calendrier qui n’est pas le sien. La primaire de gauche fige tout avant début février. Marine Le Pen lance sa campagne début février. François Bayrou réserve sa réponse pour début février. Le mois de janvier va être long pour François Fillon. Pour ses idées mais aussi pour son image. Image déjà bien écornée d’un candidat-favori qui à aucun instant ne donne le tempo. Il lui faut faire attention à ne pas gâcher bêtement ce qui, après sa victoire et le renoncement de François Hollande, apparaissait comme un boulevard, un couronnement logique, une onction obligatoire.

Le Front a peur

Si j’étais un électeur frontiste je me délecterais déjà de la victoire probable, presque certaine, annoncée ! Le refus de tous les autres partis de considérer que le Front National doit être combattu au niveau politique et non pas au niveau moral est une erreur stratégique majeure qui ne fait que le renforcer. Je savourerais cette marche presque triomphale vers le pouvoir. Après le Brexit, la victoire de Donald Trump, le non au référendum italien, la force du populisme semble inarrêtable. Je me lècherais les babines face à un système qui s’amuse à faire peur, à dénoncer mais qui en même temps de par son refus de comprendre les motivations des français prêts à voter pour Marine, ne font que la renforcer. Leur tactique idiote de l’enfermer dans un extrémisme fascisant est le meilleur moyen de lui donner du crédit. Alors que bon nombre de français on envie de casser la baraque et sont prêts à cracher au visage des puissants, les pensants, les bien-pensants au lieu d’apporter des solutions qui ne reposent pas sur un jugement de valeur, poussent joyeusement toute une partie de l’électorat vers le choix du repli ! Pourtant le Front National a peur. Peur de ses divisions internes, peur de cette victoire déjà prévue. L’arrogance de Florian Philippot, de Louis Alliot, de Marion Maréchal-Le Pen n’est-elle pas un signe de leur propre angoisse. Et si enfin ils arrivaient au pouvoir et échouaient ? Ils ne pourraient plus se revendiquer de ce blanc manteau immaculé, de cette posture imbécile du « nous savons mieux que les autres », de cette antienne du « tous pourris ». Oui le Front a peur parce que le premier tour va se jouer dans un mouchoir de poche. Entre 20 et 25%. Quant au second tour, il faudrait un miracle ou un désastre pour que 51% des électeurs français se décident à faire confiance aux solutions simplistes du Front National.

Jamais scrutin n’a été plus incertain ! La responsabilité que nous portons en tant que citoyens est écrasante. Ne pas se tromper une fois encore ! Me reviennent en mémoire les mots de Bill Clinton, lors de l’élection présidentielle de 2000 : «L’avenir de notre pays est désormais entre vos mains. Vous devez réfléchir, ressentir profondément et choisir avec sagesse ». Voilà la démarche à suivre !

Par Ghislain Graziani

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs