29 décembre 2014
De Whiplash aux Belier, par ici les sorties

Whiplash

Avec le froid, le cinéma devient un refuge culturel des plus accueillants. D’autant qu’en cette fin d’année, c’est feu d’artifice. Difficile de tout voir parmi les très bons films qui sortent ou sont sortis, avec un turn-over redoutable. Night Call pour un coup de poing dans la gueule avec une charge féroce contre les chaînes d’info continue: “It leeds if it bleeds/ Ça fait la une si ça saigne” servi par l’époustanflant Jake Gyllenhaal. Autre film boulversant, Nos enfants, version italienne du Diner, film danois magistral sorti l’an dernier, relatant un fait divers qui s’inspire d’une histoire vraie. Deux frères que tout oppose- l’un est avocat pénaliste, l’autre est chirurgien pédiatre-ont chacun deux ados un peu perdus et trop gâtés qui tabassent à mort une SDF en sortant d’une soirée trop arrosée. Personne ne les a vus mais bientôt, les parents savent. Comment chacun réagira face à ce dilemne-dénoncer ou protéger la chair de sa chair, voilà toute l’intrigue de ce film italien jusqu’au dénouement- forcement brutal.

Quand l’élève se rebelle…

Autre uppercut, Whiplash. Vous y verrez la musique comme jamais elle n’avait été montrée; gros plans sur les mains, sur les instruments ou encore les notes des partitions, avec une thèse universelle: pour s’élever, il faut se surpasser. Avec à la clé, des morts et des survivants. Le duo/duel entre maître/élève est saisissant avec une tension digne d’un match de boxe et un final du tonnerre qui vous laissera KO.

Beaucoup plus léger, il est aussi question d’un prof de musique (Eric Elmosnino, épatant comme d’habitude), lui aussi assez cassant dans La famille Belier,  carton ô combien mérité de cette fin d’année, n’en déplaise aux tristes sires de Télérama ou du Masque et de la Plume. Un vrai conte en musique que ce film qui sent bon la famille, avec des dialogues détonants écrit par la fille de Guy Bedos- “C’est des sourds, pas des chiots tes parents” ou “La ville a bien élu un con, elle peut élire un sourd, non?”.

Karine Viard et François Damiens offrent un jeu au cordeau , tandis que Louane, la révélation de The Voice, est un bonheur de fraicheur maladroite, parfaite pour le rôle, avec cerise sur le gâteau, une voix des plus émouvantes. Un vrai bon moment pour finir l’année gaiement, on en a tous besoin…

LM

N’oubliez pas d’aller voir Le sel de la Terre, hymne à la terre et aux hommes avec Wim Wenders derrière la caméra et le grand photographe brésilien Sebastiao Salgado devant. Miraculeux.

Articles similaires