29 mars 2019
Agnès Varda s’en est allée

 

 

Elle semblait immortelle; et si jeune avec sa coupe au bol bicolore. 90 printemps, Agnès Varda, quelques mois après Michel Legrand est pourtant partie ce vendredi 29 mars 2019. Les hommages pleuvent tandis que le soleil printanier brille pour celle, telle Jeanne d’Arc, qui ne cessait, films après documentaires à écrire au féminin l’histoire d’un cinéma français engagé. La Nouvelle Vague, le féminisme, elle avait été de tous les combats, formant un couple de légende avec Jacques Demy, s’associant avec des jeunes artistes comme JR- un retour à ses études de photographie aux Beaux Arts et ses débuts comme photographe sur le Festival d’Avignon. « Atteindre le plus grand nombre en mettant la barre très haut », la photographie lui avait donné le sens de l’image jusqu’à ce que le cinéma ne la rattrape. “Du cousu main” comme avec Cléo de 5 à 7 en 1962, son second long métrage où elle suivait une jeune femme errant dans Paris, se croyant mortellement malade dans l’attente de résultats médicaux. Un documentaire “subjectif” pour celle qui aimait tant mélanger les genres, incarnation d’un cinéma libre de toute contrainte. En 1985, un Lion d’or à Venise avait ouvert le bal des récompenses pour Sans toi, ni loi où elle avait fait découvrir une jeune actrice inconnue, Sandrine Bonnaire en rupture avec la société, avant qu’un César en 2007 ne couronne Les Plages d’Agnès,  joli autoportrait à la folie douce. Et l’an dernier, ce fut un Oscar d’honneur-la première fois pour une femme- en plein mouvement #Metoo. Artiste “totale”, elle avait également touché aux arts plastiques comme pour la Biennale de Venise en 2003 ou le Centre Pompidou en 2016 où elle exposa des photos inédites qu’elle avait prises à Cuba, lors d’un séjour à la Havane en 1962. En 2006,  c’est en « vieille cinéaste, jeune plasticienne », qu’elle avait exposé à la Fondation Cartier  dans une exposition L’Île et Elle. La semaine dernière, elle était encore en train de monter une cabane pour le prochain Festival des jardins de Chaumont sur Loire. Elle se disait un peu fatiguée…

LM

 

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs