12 septembre 2014
Par ici l’addition…

Capture-decran-2014-09-09-a-17

Voilà un livre dont son auteur, en pleine rentrée littéraire, n’aura pas besoin de faire la promotion. Merci pour ce moment, le titre ressemble à celui d’un roman. L’éditeur, Les Arènes est spécialisé dans le développement personnel, genre Reconquérir le moment présent et…votre vie, publié ce même mois. Valérie Trierweiller l’a-t’elle lu? Toujours est-il qu’elle l’affirme dès les premières pages: “Alors que je n’ai cessé de combattre pour protéger ma vie, il me fallait en livrer une partie, donner quelques clés sans lesquelles rien n’est compréhensible”. Dont acte. Le livre qui ébranle la France s’ouvre sur une citation de Tahar Ben Jelloun: “Le silence de l’être aimé est un crime tranquille”. 315 pages plus tard, on est repu devant l’avalanche de détails et cette sensation d’avoir lu un reportage au coeur même de l’ex-couple présidentiel. Valérie Trierweiler est journaliste et le reste. Avec la thérapie qu’elle s’offre dans ce livre et l’assurance de juteux droits d’auteurs- elle fait le démarrage le plus plus fort de l’année- c’est toute l’intimité d’un couple qu’elle dévoile, mettant fin à toutes les supputations qui ont nourries les médias, de la Bastille à la Pitié Salpetrière. On comprend ainsi que la sortie du livre ait été gardé ultra secrète, car en dehors des “sans dents” repris dans toute la presse, les Voici, Closer et autres magazines people peuvent aller se rhabiller: on en a ici vraiment pour son argent! C’est simple, il y a tellement de “juicy” qu’on aurait envie de citer tout le livre: comment elle a été droguée pour ne pas aller à Tulle, le diner à la Lanterne de répudiation avec les maîtres d’hôtel aux aguets et la suite, toujours sous les regards; officiers de sécurité, photographes, journalistes, le privé ne peut plus exister. Alors l’ex-première dame choisit ici de tout déballer, sans craindre de choquer. “J’ai peur du lendemain, c’est viscéral”. Pas de fortune personnelle comme Carla Bruni ou de nouveau mari comme Cécilia Sarkozy, l’ex-dame de coeur se défend de briser la loi du silence. N’est pas Bernadette Chirac ou Tante Yvonne qui veut-ou peux…Voilà en tous les cas l’occasion de revenir par ailleurs sur ce que les psychiatres appellent le “syndrome du gagnant”, comment un homme change avec le pouvoir, sa “déshumanisation”. En ça, François Hollande a tout de l’homme normal qu’il prétendait rester. Sans doute est-ce le drame commun de ce couple- ne pas avoir su prendre de la hauteur avec la fonction. L’éditeur, pourra, quant à lui avec ce succès commercial, soutenir dans le futur quantité d’auteurs donnant force conseils sur les bienfaits de la méditation…

AW

 

Articles similaires