12 septembre 2014
Chagall, Malraux et Garnier

presentation-de-nouveau-plafond-de-lopera-concu-par-chagallopera-chagall-

Le plafond Chagall à 70 ans. Arte revient à cette occasion dans un excellent documentaire sur ces 220 m2 ” de la discorde” commandés par André Malraux, alors Ministre de la Culture du général de Gaulle. A son origine, on dit que Daphnis et Chloé, le ballet présenté à l’Opéra Garnier devant de Gaulle et le président du Pérou laissant Malraux songeur, il leva les yeux au plafond et se dit qu’il fallait en faire quelque chose…Le public aujourd’hui a rarement l’occasion de le faire, les ballets ayant depuis beaucoup évolué; c’est pourtant l’occasion de voir tout l’univers poétique du plus français des russes qui le réalisa à l’âge de 77 ans. Et résista aux  journaux de l’époque qui se déchainèrent, l’antisémitisme faisant merveille avec le journal Minute. Mais Malraux avait su le convaincre, homme de culture qui parvint si bien à la bousculer avec cette idée: “Moi je suis là pour faire aimer, pas pour apprendre” et cherchait à l’époque à faire revenir le public à l’opéra, passé de mode.

Un cadeau à son pays d’adoption

Chagall va alors, accroupi à la Manufacture des Gobelins, peindre jour et nuit et s’attaquer à ce travail titanesque, placé sous haute surveillance. Des policiers avec des mitraillettes garderont même l’entrepôt de Melun où il sera finalisé pour éviter les fuites sur cette oeuvre qui réunit les opéras de Boris Goudonov ou la Flûte enchantée; les danseuses de Giselle sont en jaune, Roméo et Juliette en vert. “Chagall adorait et connaissait très bien la musique, surtout Mozart” et sut avec merveille rendre hommage à tous ces compositeurs, en s’adaptant à l’administration de l’Opéra et ses désidérata. La confiance totale de Malraux qui eut droit à son portrait dans le plafond et un accueil chaleureux du public ont confirmé qu’il avait bien fait d’accepter. Et de vivre ainsi les prémisses du mariage entre le moderne et l’ancien avec plus tard, avant Pei et sa la pyramide du Louvre ou Buren au Palais Royal. Autant d’oeuvres pour lesquelles on a heureusement pas écouté “Monsieur et Madame Michu” comme qualifie les sondés de son micro trottoir un journaliste de l’époque, confirmant que les choses ont depuis bien changé…

LM

Diffusé sur Arte le dimanche 14 septembre à 17 h35, à revoir sur Arte +7

Articles similaires