25 décembre 2011

 « Dès l’enfance, André a manifesté pour le dessin et la peinture des dons innés qui sont malheureusement restés ignorés des siens, ce qui fait qu’il me confiait, au début des années cinquante, qu’il se considérait comme un « peintre rentré ». C’est Madeleine, sa femme-que nous remercions de nous avoir permis de les reproduire dans The Pariser- qui préface ainsi ces croquis dont les éditions Chêne ont fait un ravissant petit livre, »L’Univers farfelu d’André Malraux » , publié il y a deux ans déjà. Une ballade poétique et picturale du « grand homme » à qui l’on pense immédiatement et durablement lorsque l’on dit le mot culture en France. Il en fut le Ministre sous De Gaulle et réussit à laisser autant de souvenirs comme écrivain, que ce soit à travers ses livres ou discours « Entre là, Jean Moulin » que par sa politique, Maisons de la culture ou sauvegarde du Patrimoine. L’exception culturelle française est née avec lui, qu’il en soit éternellement remercié…

 

Articles similaires



99,4 % des prévenus au Japon seraient condamnés selon Carlos Ghosn dont la conférence de presse a été diffusée en multivision. Voilà qui fait trembler.
oui