16 avril 2019
Notre Dame de feu et d’eau

Paris a connu beaucoup de flammes ces derniers mois. Mais celles qui ont ravagé Notre Dame ce lundi 15 avril 2019 resteront historiques. Avec près d’un siècle d’âge, la cathédrale qui avait connu de nombreuses reconstructions a failli disparaître en une nuit devant des spectateurs incrédules qui n’aurait jamais imaginé qu’elle puisse un jour s’embraser telle une forêt, du nom de sa charpente de 1000 m2 datant du XII ème siècle ni de sa flèche qui se sont effondrées en ce début de semaine de Pâques. “Notre Drame” a titré Libération. Du monde entier, les témoignages ont ainsi afflué pour soutenir une ville mais aussi tout un pays qui a assisté à ce qui aurait pu être un drame absolu si la structure n’avait pas tenu. Le trésor a été sauvé, la couronne d’épine, la tunique de Saint Louis, les deux tours emblématiques aussi et l’orgue serait encore “vivante”, tout comme la plupart des grandes peintures. Mais quel désarroi lorsque le jour s’est levé ce mardi après ce brasier qui dura quasiment toute la nuit. Quelle impuissance malgré le courage des quatre cents pompiers qui ont combattu ce que certains chrétiens pourraient appeler le diable. Les cloches de nombreuses églises en France ont retenti jusqu’à tard-elles le feront à nouveau mercredi soir- beaucoup, catholiques ou laïcs ont prié afin que celle qui est plus qu’un monument ne disparaisse dans les cendres. Ce mardi, sur les quais de la Seine noirs de monde, certains relayaient la rumeur qu’elle pourrait malgré tout s’effondrer comme un château de sable; des dizaines de camions TV continuaient leurs directs tandis que chacun sortait son téléphone pour saisir ce qui ressemble à une décapitation, l’ensemble de la toiture ayant disparu.

L’argent comme un Messie

La voilà donc “hors feu”, mais pas “hors d’eau”- des trous béants ont laissé place à la flèche, tandis que dix à quinze ans sont d’ores et déjà annoncés-loin des 5 ans que le président Macron a invoqué sur un ton quasi christique, plus amène à s’émouvoir pour des pierres que sur des hommes, afin de restaurer celle qui était “l’église de la nation” ayant connu tous les grands événements de l’histoire de France; et pour les catholiques de France la “fille ainée de leurs églises”. Ainsi ce mercredi, 600 prêtres devaient se réunir loin du flot des touristes pour la messe chrismale où ils renouvellent chaque année leur engagement. De quoi cette catastrophe est-elle le signe peuvent-ils aujourd’hui se demander? A une époque où la pédophilie entache le catholicisme, où les marchands du temple l’ont emporté sur la spiritualité avec cette idée que l’argent est le nouveau Dieu, confirmé par les Pinault et autres Arnault qui surenchérissent de dons, tels les nouveaux seigneurs du XXIème siècle. Le “peuple” est, lui aussi, appelé à contribution pour effacer l’oeuvre des flammes. Des centaines de millions d’euros et des artisans qui devront tenter de refaire l’infaisable: plus de 850 ans d’histoire. Quant à la foi, à l’image de cette croix restée intacte dans le choeur, nul ne sait si elle fera le reste…

Par Laetitia Monsacré

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs