3 juin 2013
Montée des périls

Lire un journal est en ce moment pour le moins anxiogène… D’ abord, on apprend que les pauvres touristes chinois sont de plus en plus victimes de vol à la tire voire d’ agression lorsqu’ils visitent notre capitale comme s’en inquiète le puissant  Comité Colbert qui regroupe 75 marques de luxe comme Vuitton , Chanel ou Dior. “L’image serait catastrophique” comme celles qui tournent sur Internet de ce car pris d’ assaut non loin de la Tour Eiffel lorsque ce n’est pas au Louvre que des bandes organisées (au passage Le Figaro serait bienvenu de faire la distinction entre Roms et Roumains) s’ attaqueraient aux portefeuilles des touristes-pigeons garnis d’espèces. Laxisme? Une chose est claire, pour les riches la situation va être tout comme pour les pauvres, de plus en plus tendue pour jouir tranquillement de leurs biens face à des pauvres… de plus en plus pauvres et nombreux. Nous voilà ainsi projetés dans une société moyenâgeuse avec des “seigneurs” propriétaires, qui roulent en Porsche dont les ventes explosent, collectionnent les accessoires de luxe comme le montre le très mauvais film The Bling Ring de Sofia Coppola, et des homme et femmes qui, tels des serfs n’ont plus dans les faits accès ni à la propriété ni au travail et pour certains, malgré leur emploi ne s’en sortent même pas. Un tiers des Français ne partira ainsi pas cette année en vacances tandis que l’offre de palaces à  Paris ne cesse de s’étendre-réouverture du Prince de Galles, arrivée du Péninsula avenue Kléber avec 250 chambres et une étage entier de suites tandis qu’à travers la France, les maisons d’hôtes rivalisant de design et de prestations offertes n’ont jamais été aussi nombreuses.

De la banlieue suédoise à Israël

Pour qui, pour quoi?  Gris est l’ horizon, gris est le ciel serait-on tenté de penser au sortir de ce printemps qui n’en fut pas un, ni pour nous, ni pour les peuples arabes qui ont tenté de s’affranchir de leur dictateurs. Sans compter qu’ aucun modèle économique ne semble s’ en sortir avec, une première,  la Suède. Si souvent citée en exemple, elle vient de rejoindre la cohorte des pays où les banlieues se soulèvent avec à Husby, près de Stockholm, comme en Seine-Saint-Denis, cette méchante impression pour les habitants d’un no future. Stigmatisée avec des habitants qui y sont à 60 % étrangers, un chômage à 16 % contre 6 % dans le reste du pays, la grande démocratie solidaire de l’Europe du Nord découvre ses oubliés qui se radicalisent, comme dans bien des pays, au nom d’une identité souvent commune: l’ Islam. Alors, en France, certains partent en Syrie pour ce qui annonce le retour des guerres saintes ou en Angleterre inventent le crime religieux avec cette d’idée qu’ Allah est avant tout celui qui va  accueillir en son nom tous ceux qui se considèrent victimes de nos sociétés occidentales. À voir les inégalités de plus en plus grandes, on ne peut s’en étonner. Ainsi, Israël à l’ image des “nantis” commence à ne plus très bien dormir, les missiles russes livrés à Bachar Al-Assad ayant pour le moins de quoi les inquiéter. Peut-être cela sera-t’il la chance des Syriens, abandonnés à leur sort immonde – il est désormais avéré que les armes chimiques sont régulièrement utilisées par le pouvoir, alors qu’Obama tergiverse encore sur les suites à donner à cette ligne rouge qui a été franchie. Deux ans après le début de leur “printemps” qui ressemble pour l’instant à un hiver sans fin-plus de 70 000 morts, puisse Allah, Dieu ou les hommes leur venir en aide…

Par Laetitia Monsacré

Articles similaires