22 septembre 2014
Happy Birthday Leonard

leonard cohen

“Slow is in my blood”. A tout juste 80 ans et quarante sept ans de carrière, Leonard Cohen sort un nouveau disque, Popular Problems (à découvrir gratuitement sur Deezer) et confirme que prendre son temps- comme il le chante en ouverture-  assure une longévité remarquable. Sa voix n’a ainsi pas changé-la chose est rarissime- comme les chanceux peuvent le découvrir à l’occasion de chacun de ses derniers concerts, un retour tardif sur scène en 2008 que l’on doit à sa manageuse indélicate et son agent des impôts. Quant à sa discographie, il suffit d’avoir écouté le superbe concert hommage diffusé sur FIP ce dimanche, pour se souvenir combien ce natif de Montréal a su écrire des vrais miracles de chansons – I’ m your man, Hallelujah, Dance me to the end of love, Who by fire, Chelsea hotel, The partisan; autant de chansons capables de donner des frissons dans la voix grave et unique de Cohen et qui offrent un plaisir égal chantées par d’autres artistes (Ah Suzanne reprise en français par Bashung…)- y compris par des femmes et cela, toutes générations confondues- on compte à ce jour plus de 1500 reprises. Rares sont également les artistes capables, album après album, de ne jamais décevoir comme avec ce dernier très bel opus, neuf morceaux le plus souvent accompagnés de ses chavirantes choristes comme dans le très réussi Did I ever love you. Il est ainsi dans cet album une fois encore question d’amour, la chose étant logique pour un poète- Leonard Cohen a débuté en publiant des recueils de poésie avant de devenir sur le tard- 35 ans- chanteur. Le résultat est hypnotique à souhait, sensuel comme un long baiser d’un peu plus d’une demi-heure. De cela, merci Monsieur Cohen, puissiez-vous continuer encore longtemps comme cela…

LM

Articles similaires