9 novembre 2012
Flore un jour, Flore toujours

Des « people », du champagne, des huitres et du fromage, ce jeudi soir, le célèbre Café de Flore était privatisé pour la remise du prix littéraire qui porte son nom. Crée en 1994 par le plus clubber des écrivains, Frédéric Beigbeder, ce prix récompense un auteur au talent jugé prometteur…Donc jeune. Cette année, deux nouveaux jurés histoire de ne plus « être taxé de parisianisme » commente le président toujours aussi à son aise au micro, se sont greffés aux douze habituels : Olivier Mony de Sud-Ouest et Kerenn Elkaim du belge Vif Express. A neuf voix contre cinq pour Anne Berest, Les Patriarches, le jury a choisi son lauréat 2012 : se sera Oscar Coop-Phane pour Zénith Hôtel paru chez Finitude, où il est questions de prostituées… Lorsqu’on demande à ce jeune barmaid de 23 ans, qui fait la fierté de sa maman présente et pas du tout choquée par le sujet « les prochains sont pires » commenta-t’elle, ce qu’il compte faire des 6000 euros qu’il vient d’empocher (le Goncourt a droit à 10euros), il lance à la cantonade qu’il va aller « s’acheter des chaussures « ! Et à la question de savoir s’il y a une part d’autobiographie dans son roman, la réponse ne viendra jamais, alpaguée par les journalistes, Oscar ne sait plus où donner de la tête, le mystère reste donc entier…

Champagne à volonté

L’occasion en tous cas de voir écrivains, Colombe Schneck, Nicolas d’Estienne d’Orves, ou journalistes, Frédéric Taddei, Philippe Vandel, Eric Neuhoff, Bertrand de Saint Vincent qui précise être « devenu très difficile sur les marques de champagne » après quatre ans de sorties pour sa rubrique du Figaro. Pas de problème ici avec du Roederer servi à gogo au point de se rabattre sur le Grand Marnier-orange, un peu blasé…On est ici en effet dans un bar, lequel au passage offre un verre de vin par jour au lauréat pendant une année. De quoi ne pas mourir de soif…L’ambiance est du coup résolument  la fête et à…la drague !Passé 23h le Café de Flore de transforme alors en club parisien en vogue, avec des gens dehors qui vous demandent de les faire rentrer. Car du people, il y en avait : de Lambert Wilson à Nicolas Bedos, en passant par Mc Solaar, Ariel Wizman, ou encore l’ancienne présentatrice Météo de Canal +, Solweig. A une heure, tout le monde fut mis dehors et les garçons ont alors tout remis en place pour qu’à huit heures, les habitués viennent prendre leur café…

Par Laura Baudier

Buffet fromage avec le sourire de la cremière…

Ariel Wizman et Nicolas d’Estienne d’Orves, quand le show bizz et les auteurs se retrouvent

 

Articles similaires



99,4 % des prévenus au Japon seraient condamnés selon Carlos Ghosn dont la conférence de presse a été diffusée en multivision. Voilà qui fait trembler.
oui