19 avril 2019
El Reino, la politique à bout de souffle

Une histoire de corruption dans un parti politique espagnol qui dure plus de deux heures, voilà qui pourrait en décourager plus d’un. C’est sans compter sur un scénario haletant digne d’un thriller de haute volée et de la mise en scène virtuose de l’espagnol Rodrigo Sorogoyen dont la camera fusionne avec son acteur principal, Antonio de la Torre-magistral. Une bande originale obsédante achève de tenir le spectateur en haleine dans ce qui fait si souvent la une des médias. Un cadre d’un parti politique est accusé de corruption et lâché comme bouc émissaire par son parti politique. Mais celui-ci l’entend autrement, stratège, bluffeur en diable qui va tout tenter pour ne pas couler tout seul. L’avidité, les jeux d’influence, la collusion des pouvoirs, tout est ainsi abordé sans oublier les menaces sur la vie même de celui qui choisit de parler. Chaque plan percute, la tension est à son paroxysme pour le spectateur qui, de par une réalisation qui colle sans répit à cet homme qui tente le tout pour le tout afin de sauver sa peau. Un film magistral et incontournable dont on ressort KO.

AW

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs