15 janvier 2013
Des espoirs en diamants…

Un hôtel particulier est un lieu étroit…surtout pour contenir tous les egos du monde du cinéma et lorsque les salons dorés vous offrent la possibilité de discuter avec Guillaume Canet ou Jean Dujardin, à moins que vous ne préfériez un ministre, Aurélie Filippetti…Enfin discuter est un grand mot, tant aligner deux phrases de suite avec ces personnes ultra sollicitées est chose mal aisée. Arrivée dans les premières pour cette soirée invitant chez Chaumet dans le magnifique hôtel Beaudart de Saint James, place Vendôme, Carole Bouquet, marraine d’Izia Higelin-toutes deux merveilleuses dans Mauvaise fille (lire article)– posaient pour le magazine Gala à côté d’un vigile chargé de garder les merveilles dans les vitrines -tiares et diadèmes en diamants- lequel ne savait absolument pas qui elles étaient-de quoi relativiser. Non, le seul qu’il reconnut, c’était Jean Dujardin-très “show man” comme d’habitude mais plus sobre qu’à la soirée Holy Motors de Cannes… – auquel il demanda une photo, ce que l’acteur fit de bonne grâce comme répondre aux questions…“Amuse-toi “ citant Belmondo, voilà le meilleur conseil qu’il pouvait donner à son “poulain”, Pierre Niney qui a déjà fort bien commencé cela à la Comédie Française, entre autre dans le récent un Chapeau de paille en Italie (voir article) diffusé sur France 2 en avril prochain.

le cinéma, la récréation du théâtre et vice et versa

Cinéma /théâtre, couple infernal? Pas pour son parrain à qui plus rien ne semble résister depuis The Artist, qui les trouve très “complémentaires” avec ce plaisir sur un plateau de cinéma “de fabriquer un objet” et sur la scène “d’être comme dans une salle de musculation où l’on s’autorise des choses”. La case espoir,  il ne l’a jamais connu grâce à la série TV Un gars, une fille, “une étiquette TV difficile à enlever ensuite…” Le théâtre, où justement sa femme Alexandra Lamy joue tout les soirs la “reine de Paris”, Misia Sert, et dont il dit, après l’avoir vu deux soirs de suite sur la scène de l’Atelier “qu’elle le surprend encore” (article en ligne cette semaine…). Ludivine Sagnier, elle, dans une jolie jupe rouge, commentait son succès dans Nouveau Roman, pièce de Christophe Honoré à la Colline, précisant qu’elle aurait du mal à retrouver aussi bien “que de jouer Nathalie Sarraute”. “Le théâtre et le cinéma sont la récréation l’un de l’autre”. Pierre Niney ne croit pas si bien dire, pour ces deux sujets brûlants, en tous les cas, pour la Ministre de la Culture qui doit affronter une double crise avec la polémique autour des salaires des acteurs du cinéma lancée par Vincent Maraval sur Le Monde- “il dit des choses intéressantes” commenta Pierre Niney- et les mauvais chiffres du théâtre- moins 40% de fréquentation des salles…

La ministre bien “challengée

” Plus Florange” dont elle précisa être cette semaine “encore en contact avec les ouvriers“. De quoi lui donner les traits tirés et peu de temps pour les petits fours-très minimalistes- et le champagne. Quant à Valérie Lemercier, immense sur ses stilletos “Louis Vuitton” lança t’elle dans un cri du coeur,  arrivée dans les dernières, “pour cause de montage tardif”, son conseil à son protégé Jonathan Cohen vu dans Un plan Parfait? : “Apprendre bien son texte”. Assez discret, Guillaume Canet parlait de son tournage américain en attendant d’assurer la promotion de son film comme acteur-il est très bon cavalier et réalisateur de Jappeloup, ce petit cheval noir qui sautait des montagnes et permit de remporter l’or aux JO de 1998 à Séoul. On vous en reparlera… Voilà en tous cas une belle soirée, la neige qui s’invite en prime par fenêtre, et pour chacun de 32 jeunes comédiens présélectionnés et mis en image par la grande Dominique Issermann, en noir et blanc of course, des espoirs comme les flocons-par milliers…

Par Laetitia Monsacré

Articles similaires