15 septembre 2018
AD Interiors, le grand luxe avant la philanthropie

 

Chaque mois de septembre, c’est la même chose : le monde la décoration d’intérieur fait sa rentrée entre le Salon Maison & Objets, la Paris Design week et l’exposition très happy few organisée par le magazine AD. Cette année, après l’Hôtel de la Monnaie ou le Conseil Economique et Social, c’est à l’Hôtel de la Bûcherie que quinze décorateurs exposent leur espace sans avoir, une fois n’est pas coutume, de commanditaire. Liberté totale donc pour les stars ou les jeunes talents qui ont été sélectionnés par le commissaire de l’exposition Cédric Saint André Perrin. Dans les espaces encore bruts de cet hôtel particulier du XVIII ème siècle qui accueillera prochainement la Compagnie des Philanthropes où Philippe Journo, propriétaire des murs, entend jouer les Xavier Niel en créant un incubateur dédié à l’altruisme-on demande à voir- chacun a donc eu carte blanche pour créer un univers où les plus riches pourront se projeter tandis que les autres se contenteront de rêver. Seules deux femmes figurent dans la sélection, Laura Gonzalez qui a signé la rénovation du Bus Palladium ou plus récemment celle du Relais Christine et Anne Sophie Pailleret, aux univers bien différents. La première a imaginé un opulent “Cercle de jeux” aux drapés de velours violine, avec une moquette vert tourmaline de l’Atelier Pinton, profonde comme une piscine. Le beige domine en revanche chez la seconde, jusqu’alors décoratrice de lieux éphémères pour des événements, avec ” Une Chambre couture”, où un lit coquille semble n’attendre qu’une star hollywoodienne; un tableau en lin plissé de Simone Pheulpin fait face à un étonnant paravent en papier peint à la main réalisé par François Mascarello qui évoque une toile de Nicolas de Staël, l’ensemble offrant une impression de douceur bien féminine.

Des mangas aux Francs-maçons

Aux antipodes, le couturier Maurizio Galante qui vient de signer la décoration de la péniche Ducasse sur Seine a créé avec et Tal Lancman un univers très pop et ludique avec son ” Salon de thé manga” où  trône une table orange aux franges en plastique tandis que des figurines de monstres s’exposent sur fond de papier peint jaune orné de robots signé Pierre Frey. Fabrizio Casiraghi, issu du remarquable studio milanais Dimore, propose une “Bibliothèque bohème” pleine de poésie qui donne au visiteur l’envie de s’attarder, entre livres et oeuvres d’art de Philaos, sans oublier de lever la tête pour admirer l’époustouflant plafond peint in situ de Roberto Ruspoli qui n’est pas sans rappeler Jean Cocteau. “La chambre d’un playboy” conçue par le malicieux duo de Oitoemponto dont on découvrira prochainement la décoration imaginée pour La Maison du Caviar, associe joyeusement meubles et objets précieux avec deux photographies géantes de soldats Marins de Vanessa Beecroft. Le designer français Mathieu Lehanneur a lui choisi avec son “Salon de méditation” les symboles maçonniques comme cette cheminée en triangle ou l’applique en forme de noeud dans un espace épuré où un étonnant parquet Versailles se réinvente en bambou. En finançant chacun leur espace, les décorateurs invités ont en effet du rivaliser de trouvailles pour transformer en deux mois un lieu en chantier pour le moins peu glamour et dont le designer belge Ramy Fischler, décidément incontournable (on lui doit l’espace de la Fondation Bettancourt Schueller à Homo Faber), donne à voir dans ” Le Bureau des philanthropes” ce qu’il imagine pour cet immeuble qui devrait être fini l’an prochain et accueillera espaces de coworking, conférences et diners mécénaux avec l’association Cuisine, Mode d’emploi de Thierry Marx. En attendant, le 24 septembre pochain, jour de démontage, plafond en feuille d’or et autres artifices luxueux seront mis à la benne…

Par April Wheeler

AD Interiors, jusqu’au 23 septembre 2018, de 11h à 19h, 15, rue de la Bûcherie 75005 Paris

Tableau d’Elliot Dubail, paires de lampes en cristal de roche et canapé magistral chez Laura Gonzalez

Haut les couleurs avec Maurizio Galante et Tal Lancman

La cheminée selon Matthieu Lehanneur

La délicate chambre boudoir d’Anne Sophie Pailleret

Table de chez Venini et meubles dessinés par lui-même chez Fabrizio Casiraghi

Le Cabinet de lecture monacal du designer Eric Schmitt

Articles similaires