13 janvier 2018
Welcome à Ebdo

 

“Accessibilité et simplicité”, voilà les deux mots clefs pour caractériser un petit nouveau nommé Ebdo qui est arrivé dans les kiosques ce vendredi 12 janvier, avec zéro pub. Oui, vous avez bien lu : en disposant  d’un budget annuel de 13 millions d’euros qui devrait être porté à 16 millions grâce au groupe Bayard presse, cet hebdomadaire se donne jusqu’à fin 2019 pour arriver à l’équilibre financier avec l’objectif d’atteindre 70 000 abonnements et 20 000 ventes au numéro. Une folie? Le début d’une aventure en tous les cas dans un milieu de la presse depuis longtemps en crise avec une rédaction comptant une cinquantaine de journalistes dont la moitié de permanents dirigés par Constance Poniatovski .

S’adresser à tous

A l’arrivée, on trouve un nouveau format poche vendu sur abonnement et dans les kiosques 3 euros 50, une maquette très ludique et des sujets dans ce premier numéro allant d’une très solide enquête sur la SNCF qui fait la couverture à un dossier sur le loup ou une recette de “poêlée de palourde au curry vert”.  Et l’invitation à l’image de Mediapart faite aux futurs abonnés de participer via une plateforme numérique nommée La Source et ainsi livrer témoignages et autres sujets susceptibles d’être traités par la rédaction . Côté culture, l’incontournable Colombe Schneck propose une interview de Serge Papin sur ses goûts culturels ; de quoi apprendre qu’il  est fan du livre de Gilbert Cesbron, Chiens perdus sans collier ou qu’il se prépare à “vivre une seconde vie” au printemps (il quittera la présidence de Système U) grâce au livre du philosophe François Jullien. Voilà un titre qui sied également bien aux deux co-fondateurs de Ebdo, Patrick de Saint Exupéry et Laurent Becarria , déjà associés avec succès pour leur revues XXI et 6 mois. A suivre donc…

Par Laetitia Monsacré

 

 

Articles similaires