1 octobre 2016
Vive les chevaux mécaniques ou en chair et en os

p1110233

Pour tous ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir les centaines de chevaux sous le capot de la dernière 911 Porsche-comptez 250 000 euros-présentées avec les Cayenne et autres Panamera hybride ou diesel au Mondial de l’automobile, direction ce dimanche l’hippodrome de Chantilly. Traditionnellement organisée sur l’hippodrome de Longchamp, en octobre pour marquer la fin des courses de galop-le sol est ensuite trop glissant ou trop dur- cette finale se déroule cette année du côté du Prince de Condé, à Chantilly, haut lieu du galop en France. Ici sont en effet les entraineurs les plus célèbres comme Pascal Bary, André Fabre ou Freddy Head qui présenteront chacun un cheval dans les quatorze mâles pur-sang anglais et les deux pouliches qui s’élanceront à seize heures pour remporter cette course où l’élite de l’hippisme mondial se retrouve, femmes chapeautées et hommes en costume, jumelles à la main. L’Aga Khan, le Cheik Al Maktoum-son cheval Postponed est donné favori- ou les frères Wertheimer, propriétaires de Chanel-vont ainsi s’affronter avec ce qui se fait de mieux en matière de pur-sangs, achetés à prix d’or aux ventes de yearlings de Deauville quelques années auparavant. Sponsorisé par le Quatar, ce pays est actuellement le plus gros acheteur de chevaux de course, n’hésitant pas à investir plus de millions sur des chevaux qui n’ont encore rien prouvé. Le cheval est en effet pour eux devenu un produit de luxe au même titre qu’un yacht ou une Rolls tandis qu’il rapporte en recettes PMU à l’Etat Français un milliard d’euros par an.

De l’électrique et du carré

Le marché automobile est lui aussi un des poids lourds de l’économie française avec pendant longtemps les constructeurs Peugeot et Renault en tête du CAC 40. Si l’automobile va bien, le pays va bien a-t’on coutume de dire, avec pour dix jours un des salons les plus fréquentés, malgré les 16 euros d’entrée, à la Porte de Versailles même si Ford l’a boudé pour cette session. Des stands gigantesques, des hôtesses et des nettoyeurs de traces de doigts sur les carrosseries et vitres au taquet, des prototypes aux formes étourdissantes comme ce modèle Mercedes rouge ou la Trezor de chez Renault ou des protoypes comme le Bude de chez Volkswagen, un salon roulant sans moteur, équipé de batteries au sol. Chez Audi, changement radical des calandres avant; elles sont désormais rectilignes et identiques pour quasiment tout les modèles- on regrette la rondeur des anciennes-même si les intérieurs sont particulièrement soignés avec leur cuir matelassé façon sac Chanel. Land Rover présente une Range Cabriolet et le nouveau Discovrey, un modèle chicissime à six places tandis que Porsche se lance dans la berline moyen de gamme et Mini continue avec ses voitures aux formes teenager. Ce qui est certain, c’est que l’électrique est à l’honneur tout comme le véhicule connecté voire autonome en espérant ne pas finir comme avec la Tesla dans un camion. Il est ainsi plus raisonnable actuellement de faire appel, pour ceux qui ne veulent pas conduire, à Blabla Car, nouveau venu sur le salon…

AW

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs