25 septembre 2015
Versailles dans toute sa splendeur

MA_concerts_GiulianoCarmignolaLa loge du roi était ce jeudi soir pleine, tout comme cette merveille de théâtre à l’italienne qu’est l’Opéra Royal de Versailles. Des banquettes bleu roi oblige, du parquet, des lustres qui descendant du plafond comme tenus par des rubans, des colonnes et des murs en trompe l’oeil, c’est dans cet écrin à une demi- heure de Paris en voiture que le violoniste Guilanio Carminognola a offert une version absolument ébouriffante des Quatre Saisons de Vivaldi.

Après une première partie consacrée à des compositeurs contemporains du célèbre vénitien-l’occasion de voir la différence entre” joli” et sublime- voilà ce bel homme aux cheveux gris (pas comme sur ses photos) qui entame le Printemps– l’occasion de renouer avec les bons vieux standards téléphoniques… Mais bientôt répondant à son second violon Mayumi Hirasaki-éblouissante-on découvre des couleurs inédites, une relecture quasi contemporaine pleine de vigueur pour ce soliste qui, tel un chêne, enchaîne les Allegro, Largo et Adagio avec une désinvolture qui n’est que feinte. Le Concerto Köln accompagne avec délice le tout avec cet automne qui débute merveilleusement en notes: “L’air est léger à plaisir et la saison invite au plaisir d’un doux sommeil. “

Mozart et ses Vêpres et le Magnificat de Bach seront à l’honneur dans cet écrin samedi soir, avec Laurence Equilbey, alors n’hésitez pas à prendre l’A13…

LM

Opéra Royal de Versailles

 

Articles similaires