19 janvier 2015
Un week-end à la Philarmonie de Paris

photo(15)

30 000 personnes. La Philarmonie a réussi son entrée dans le paysage culturel parisien et mondial avec son premier week-end de portes ouvertes. Le public-tout le monde n’a pas pu rentrer- a eu la chance de découvrir la grande salle ce samedi 17 janvier avec le pianiste virtuose Lang Lang. La Marche turque de Mozart, la Danse hongroise de Brahms et la Marche militaire de Schubert ont offert une masterclass des plus réjouissantes aux 2400 privilégiés qui avaient pu s’installer devant la scène avec 101 pianos et 202 mains! “Qu’il y ait un peu d’humour!”, le jeune pianiste chinois-il a seulement 32 ans- est assis devant son Steinway & sons , le visage illuminé, reprenant les passages qui n’ont pas été parfaits: “Le Schubert avait des problèmes, il me crie dessus!”; pour la Danse hongroise, ce sera “forte, piano, fortissimo”.

A raison de cinq heures d’exercice par jour comme il le rappelle aux questions/réponses, voilà des élèves qui ont le privilège de faire partie de sa fondation qui, à travers le monde entier, encourage les jeunes talents. Et de conclure “un concert ouvre autant le coeur que l’esprit”.

Dans la Philarmonie 2, situé dans la Cité de la Musique voisine, c’est un magnifique Carmina Burana que Lionel Show dirigeait avec les choeurs de l’Orchestre de Paris. Une salle pleine à craquer et un recueillement imposant malgré plein d’enfants, Carl Orff fut un enchantement à l’image de cette journée qui a dû faire bien plaisir à Laurent Bayle, directeur et initiateur de ce complexe qui n’a pas finit d’attirer du monde.

LM

 

Articles similaires