12 mai 2013

4 euros 90 le tee-shirt. J’en ai pris trois. A ce prix là…Et puis les enfants, ça se salit si vite. De retour à la maison, j’ai retiré les étiquettes et fait ce que je ne fais jamais, j’ai regardé où c’était fait. Made in Bengladesh. J’avais une chance sur deux avec la Chine, d’où viennent les pantalons que j’ai aussi pris-10 euros 90 et les tennis 5, 90 euros. Des prix absurdes genre 9,99 euros qui ne choquent plus personne tout comme les conditions pour les obtenir. Le Bangladesh, qui fait tristement la une des médias depuis l’effondrement de l’un de ses milliers d’ateliers est devenu grâce à cela le deuxième producteur mondial de textile. Avec un salaire de 30 euros par mois, pour dix heures de travail quotidien six jours sur sept, il est désormais moins cher que la Chine. De l’hyperproductivisme au sud pour satisfaire l’hyper consumérisme au nord. Une paire de baskets moins chère qu’un poulet avec à la clé le chômage chez nous-à 24 euros de l’heure contre 24 centimes là-bas, vous imaginez-et l’exploitation pour des milliers d’ouvriers, souvent mineurs. Et pour plus de mille d’entre eux, il y trois semaines désormais – la mort. Les marques dont benetton, Mango et Carrefour ne sont judiciairement pas responsables et ne pourront donc pas être poursuivies par les familles des victimes. Certaines ont promis d’indemniser mais aucune d’elles n’a dit qu’elle réviserait sa politique afin de vérifier la fabrication de ses vêtements pour lesquels, elles cherchent avant tout le meilleur prix. Le label “éthiquement responsable” ne semble être la priorité de personne;  nous sommes tous à rechercher avant tout d’un prix avec cette idée que si nous ne pouvons lutter contre la mondialisation, autant profiter de ses avantages. Le mot ne finit-il pas de la même façon que colonisation, cette époque où les Noirs avaient le statut juridique de meubles?

Par April Wheeler

Articles similaires