4 octobre 2013
Trop vieux

Quand Gilles de Maistre devient Gilles Delafon… Et passe des honneurs de la profession journalistique -il a réalisé quantité de documentaires dont le portrait de l’homme le plus riche de France, Bernard Arnault, et reçu le prix Albert Londres-  à la violence d’être à 53 ans en recherche d’un travail. Réalisé en caméra caché, jouant lui-même le rôle d’un commercial à la recherche d’un emploi, on le découvre à travers salons pour l’emploi, job dating, salle de formation et lieu de relookage improbable. Ce document accablant commence à Pôle emploi, où l’on vous  inscrit en vous redonnant rendez-vous dans… quatre mois. Pas très encourageant comme début; le reste sera pire avec une discrimination assumée –“dépassant largement celle par rapport aux Africains”– pour toute personne qui a dépassé 45 ans, seuil fatidique. Dans cette quête perdue d’avance pour avoir seulement le droit de travailler et faire bénéficier une entreprise de son expérience, seul un tiers d’entre ces séniors retrouvera du travail, souvent en se déclassant face à des employeurs qui n’ont pas honte de proposer un salaire de débutant. “On est en train d’appauvrir la société européenne” commente un de ces tristes témoins qui resteront eux dans ce monde impitoyable où le journaliste n’aura lui, pour sa chance, mais avec une vraie honnêteté de reporter de terrain, fait que passer. Edifiant.

Dans la peau d’un chômeur de plus de 50 ans-diffusé mardi 8 octobre sur France 5 – 20 heures 40

Articles similaires