3 avril 2013
Trop déprimée pour être vraie

Steven Soderbergh revient -ce serait la dernière fois?- avec un film double, à l’image de la personnalité de son héroïne. Tout débute comme un formidable essai sur « Qu’est-ce que la dépression? ». Comment on la soigne, comment elle vous brise et, en l’état peut vous faire commettre l’irréparable. Meurtrière à cause d’un nouvel anti dépresseur, la patiente, jouée par Rooney  Mara -excellente- du beau docteur Jon Banks/Jude Law, impeccable, n’est pourtant pas ce qu’elle prétend être et c’est là qu’un second film débute, pour un suspense cérébral de haute volée qui ravira le spectateur. Le marché juteux des antidépresseurs, la responsabilité des psychiatres, la différence de mentalités « en Europe, quand on est dépressif, on est un malade, aux USA, on vous soigne »,  le talentueux metteur en scène de Traffic ou d’ Erin Brokovitch entraîne avec brio le spectateur dans un film haletant, montrant le piège qui inexorablement se referme sur ce psychiatre un peu trop candide et ambitieux. Mené tambour battant et avec une intelligence dans le scénario bienheureuse- Soderbergh sait apparemment de quoi il parle…- voilà un film à consommer, contrairement aux anti-dépresseurs- sans modération.

Articles similaires



99,4 % des prévenus au Japon seraient condamnés selon Carlos Ghosn dont la conférence de presse a été diffusée en multivision. Voilà qui fait trembler.
oui