22 juin 2013
Tribu nostalgique

Tous les soirs, ils vont demander à revoir le film. Ces images du temps où ils étaient encore le peuple de la forêt, fiers de savoir chasser les singes et les éléphants. C’était il y a 25 ans. Le réalisateur Phil Agland était venu filmer les Baka, ce peuple vivant dans la forêt équatoriale du Sud Est du Cameroun. De retour dans leur village, le constat est terrible; la faune est décimée et les villageois subsistent entre les fermiers qui déforestent et l’Etat qui protège la forêt en l’ayant classée parc national. Résultat, ils n’ont plus de terre, ont perdu leur savoir- faire, les plantes pour se soigner et sont réduits à l’esclavage avec un fléau pire que tous les autres car en leur sein: l’alcoolisme. Celui-ci les ronge de l’intérieur avec des femmes enceintes qui s’enivrent, des enfants de 5 ans qui finissent les bouteilles et les fermiers qui payent les salaires en bouteilles d’alcool. Alors la seule issue semble l’instruction, à une heure à pied comme cette petite fille Baka qui va devenir rapidement première de sa classe. Une certitude: l’impact du progrès a en un quart de siècle terriblement marqué cette communauté qui avait durant des millénaires put vivre en y échappant. Tristes tropiques et triste époque.

AW

Baka, l’appel de la forêt diffusé le 27 juin sur France 5 à 20 heures 40

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs