13 février 2015
Très Cher Paris

PHO5d7deef8-7537-11e4-b3e9-5790b3cc53d5-805x453

Les journalistes  que nous sommes avons reçu cette semaine un mail de la Mairie de Paris pour nous annoncer la création d’un site rien que pour nous. Agenda d’Anne Hidalgo, demande de tournages, invitations aux diverses inaugurations-elle peut en cumuler jusqu’à trois par jour- tweets à l’intérêt macroscopique, rien n’est laissé au hasard pour que nous parlions de l’activité de la maire de Paris qui entend bien le rester pour un moment. Voilà pour le versant public, car pour ce qui est de ses relations avec ses collaborateurs et de ce que nous avons pu tester par nous-même, si la dame présente une belle façade, il manque définitivement le chauffage central.

Augmentation de 200% du tarif résident

Quant à sa politique dans la capitale, force est de constater que celle-ci prend des allures bien discutables au nom de l’écologie- l’interdiction des feux de cheminée à Paris, c’était une idée à elle- ou encore son plan anti-voiture dont elle a pu s’entretenir avec son homologue anglais, Boris Johnson, maire conservateur de Londres, où de fait seuls les taxis et les Porsche ou Ferrari semblent encore pouvoir rouler…

Pas très socialiste tout ça, comme l’augmentation en ce début d’année du stationnement résident passé de 3 euros 25 par semaine à 9 euros, soit près de 200 % d’augmentation! Le samedi et le mois d’août deviennent par ailleurs payant, tout cela pour encourager le stationnement en parking souterrain des résidents qui tourne autour de 300 euros par mois grâce aux cadeaux accordés à Vinci et autres concessionnaires qui peuvent s’engraisser sur un contribuable déjà surtaxé.

 Avec des véhicules qui devront être résolument propres d’ici deux ans-à part sans doute les bus de la RATP qui continuent à polluer gaiement les rues de la capitale, voilà donc bientôt l’interdiction des diesels privilégiés par ceux qui ont le malheur de devoir regarder le prix à la pompe tout en parvenant encore à s’accrocher aux loyers devenus exorbitants de Paris; et ce n’est pas l’inauguration de vingt logements sociaux dans le 7 ème arrondissement à laquelle était gentiment conviée la presse samedi dernier qui va inverser la tendance! Ni le Velib qui vous assure d’être en nage si vous êtes encore en vie à l’arrivée ou l’Autolib qui coûte la modique somme de 9 euros la demi-heure. Quant aux deux roues, ils risquent d’être eux aussi taxés pour le stationnement- c’était une idée soutenue par la candidate  Hidalgo pendant sa campagne, histoire de remplir des caisses qui n’ont pourtant pas le réflexe écologique dans tous les domaines.

Du vert pas pour tout le monde

Ainsi, le nouveau Coca Cola Life- qui n’a rien de très vert malgré son apparence- s’affiche-t’il hideusement sur les murs du Palais de Justice- idem pour le Crillon avec une marque de luxe, confirmant que la Mairie de Paris est bien loin de celle, gagnée par les écologistes à Grenoble qui a interdit la publicité dans sa ville. Difficile bien sûr d’imaginer la supprimer à Paris, à fortiori pour la rénovation très coûteuse des bâtiments publics; pour autant, certaines marques adoptent à condition que les conditions soient posées un profil bas comme Valentino où la marque apparait à Bologne sur les échafaudages en trompe l’oeil pour signaler-en petit- qu’elle a participé aux frais tandis que le Panthéon a offert un bel exemple visuel avec l’artiste JR de ce que l’on peut inventer en la matière, en sollicitant le crowdfounding.

Et si l’argent rentre, quid des contreparties pour le contribuable? Anne Hidalgo aurait tout interêt à s’inspirer du maire de New York qui a rendu sa ville gratuite pour le wifi. Il est vrai que celui est démocrate, c’est à dire de gauche…

Par Laetitia Monsacré

 

 

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs