19 avril 2013
Traque Participative

On n’a encore aucune idée de la façon dont internet bouleverse nos vies. Si l’on a retrouvé aux Etats-Unis une femme morte depuis des mois, son ordinateur allumé sur sa page Facebook contenant 250 amis, l’attentat de Boston a déclenché une incroyable participation façon “cluedo” en ligne où des milliers d’internautes ont publié leurs photos et autres informations afin de trouver les coupables sous l’appellation “Trouvons le terroriste de Boston” à l’invitation des autorités. Et être, pour certains ” les premiers à sortir le scoop”, quitte à oublier que toute personne est innocente, jusqu’à ce que sa culpabilité soit prouvée. Ainsi un pauvre type s’est-il retrouvé en couverture du New York Post, obligé d’aller au tribunal se défendre pour le simple fait que son sac à dos aurait pu être celui du terroriste. Dans un pays au passé de cow-boys et où chacun a le droit d’avoir une arme à feu, autant dire que les conséquences d’une telle chasse à l’homme sur la toile comporte de sacrés risques d’avoir des victimes collatérales.

Chacun est le terroriste de l’autre

“Trouvons les raisons pour lesquelles les terroristes posent des bombes” aurait pu être également un bon forum à ouvrir à l’occasion de cet attentat qui touche toujours des victimes civiles innocentes comme ce petit garçon venu féliciter son père à l’arrivée. Combien d’enfants sont morts sous les bombes ou de faim, ont vu leur père torturé ou tué dans des pays lointains du fait de l’intervention américaine ou de son ingérence qui met au pouvoir des hommes corrompus mais acquis aux intérêts de  Big brother? Exemple le plus récent et parfaitement démontré dans Assistance Mortelle de Raoul Peck, un documentaire encore disponible sur Arte +7, Haïti, avec, sous le mandat de Barack Obama, la démonstration de la main mise des Etats-Unis sur les élections qui ont suivi le tremblement de terre. Et comment les Etats Unis sous prétexte de verser des millions de dollars ont remplacé le président René Preval, bien trop intelligent et autonome à leur goût par un homme à eux. Le film justement oscarisé, Argo, rappelle également comment en Iran le gouvernement civil de Mohammad Mossadegh fut renversé grâce à la CIA pour replacer l’héritier du Shah d’Iran, un homme à la botte des  Etats-Unis; corrompu, épaulé par la très violente police d’Etat, la SAVAK, cela conduisit  à la révolution islamiste avec la prise du pouvoir par l’Ayatollah Khomeiny. Et plongea depuis le pays dans un climat bien peu enviable pour ses habitants et surtout ses habitantes. Quant à l’Amérique du sud, la liste serait trop longue, entre Cuba et le Nicaragua…Ventes d’armes à des dictateurs, guerres pour satisfaire les lobbies pétroliers américains, impérialisme intellectuel et économique, voilà en tout cas pour les internautes américains un bon sujet de dissertation avant le prochain attentat qui, c’est une certitude, ne manquera malheureusement pas de se produire.

 

Par Laetitia Monsacré

Articles similaires