24 septembre 2014
Trahisons, du non-dit à l’ennui

 

trahisons_3_0

Denis Podalydès, Laurent Stocker, Léonie Simaga; ils sont trois-le mari, l’amant, la femme à jouer pour la première fois au Français-théâtre du Vieux Colombier- la pièce Trahisons de Pinter. On est bien sûr loin du vaudeville, avec cette pièce où l’auteur dit lui-même : « les personnages ne disent pas grand-chose, et jamais ce qu’ils voudraient dire ». C’est le moins que l’on puisse dire devant les dialogues de cette pièce qui remonte dans le temps pour raconter un adultère. Dans cet exercice délicat, les comédiens sont excellents bien sûr, la mise en scène inspirée mais le non-dit sur lequel se fonde le texte finit par se transformer en un ennui certain auquel seuls les fans de Pinter échapperont. De quoi préférer aller voir le Tartuffe de Molière…

LM

Trahisons, jusqu’au 26 octobre au Théâtre du Vieux Colombier

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs