17 avril 2014
Tancrède ressuscité à Avignon

tancrede-rg16-avignoncdelestrade-cedric-acm-studio_web
De la musique baroque française, la postérité a essentiellement retenu Lully et Rameau. Et pourtant, entre ces deux grands piliers, il y a Campra, compositeur né à Aix-en-Provence en 1660 – l’un des espaces de réception du festival d’Aix porte d’ailleurs son nom. C’est d’ailleurs l’une des missions du Centre de musique baroque de Versailles de défendre ce répertoire, qui vient  ainsi présenter en avant-première à Avignon une nouvelle production de Tancrède, absent de la scène depuis vingt-six ans.
Inspiré du poème du Tasse La Jérusalem Délivrée, le livret d’Antoine Danchet nous plonge au temps des croisades et narre les tragiques péripéties amoureuses du chevalier chrétien en cinq actes et un prologue agrémentés de ballets, comme il se doit pour toute tragédie lyrique. Evidemment l’histoire se terminera mal, quand le héros reconnaîtra en l’adversaire qu’il a mortellement frappé, Clorinde, la sarrasine dont il est épris, ce qui inspirera à Campra une fin des plus émouvantes. Alors que les réjouissances de la victoire battent leur plein, annonçant une glorieuse conclusion ainsi que les codes hérités de Lully l’exigent, Clorinde arrive expirante et Tancrède se meurt de douleur dans une scène intime toute en retenue : un coup de maître qui annonce l’opéra de Rossini du même nom aussi bien que le génie de Berlioz.

Ravissement des yeux et des oreilles

Metteur en scène prolifique, Vincent Tavernier réalise une habile reconstitution en costumes d’époque, sans pour autant sombrer dans le muséal. La chorégraphie de Françoise Deniau se paie même le luxe d’adapter trois danses de Louis Pécour, contemporain du compositeur, ce qui n’empêche pas les ballets de se limiter parfois au décoratif. Du moins perruques, couleurs et bon goût font-ils bon ménage.
Et l’oreille n’est pas laissée pour compte. Dans le rôle-titre, Benoît Arnould affirme un remarquable sens du style et de l’expression jusqu’en son dernier souffle s’évanouissant sur le mot « douleur ». Isabelle Druet compose une Clorinde aux accents guerriers d’une vigueur presque virile. Chantal Santon dévoile une touchante Herminie, mue par la passion qu’elle voue à Tancrède. Argant,le chef des Sarrasins également sous le charme de celle-ci, incombe à Alain Buet, qui ne peut plus se distinguer que par sa présence, tandis qu’Eric Martin-Bonnet confère au magicien Isménor l’autorité qui lui revient. Si chacun des cinq solistes fait honneur à la langue française, palliant sans peine l’absence de surtitres, la diction des trois apparitions secondaires – Anne-Marie Beaudrette, Marie Favier et Erwin Aros – ne se révèle pas toujours aussi irréprochable. Saluons enfin le métier des Chantres du Centre de musique baroque de Versailles et d’Olivier Schneebeli, grand connaisseur de ce répertoire. Il reste les deux soirées versaillaises de mai pour aller les applaudir.
GL

Tancrède, Opéra d’Avignon, 14 avril 2014 et à l’Opéra Royal de Versailles les 6 et 7 mai 2014

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs