9 décembre 2017
Semaine nécro

 

Hommage national pour l’homme de lettre aux Invalides, Jean d’O, hommage populaire pour Johnny. Ce samedi c’est avec 700 bikers, ses grands copains, que la dépouille de Johnny Hallyday descendra les Champs Elysées avant un office à la Madeleine. L’église sera sans doute trop petite pour accueillir tous les amis et fans-certains y ont passé la nuit dans le froid- de celui qui était une icône nationale et que l’on croyait indestructible. Un cancer du poumon a eu raison de lui à 74 ans, laissant une France hagarde au réveil mercredi matin. La fin d’une carrière de 57 ans qui a touché trois générations pour un chanteur qui a vendu plus de 100 millions d’albums, avec à la clé 10 victoires de la musique. Aussi les hommages ont- ils afflué avec de éditions spéciales sur toutes les chaînes pour une fois non consacrées à un attentat. Soirée spéciale ensuite, l’overdose a guetté sur les médias qui  ont relégué la déclaration de Donald Trump visant à faire de Jérusalem la capitale israélienne à une simple bandeau défilant sur les chaînes infos. Aussi se dit-on que Jean d’O a bien fait de mourir la veille car sinon sa mort serait passée totalement inaperçue. Johnny, c’était la star et ses chansons plus faciles à fredonner dans les micro trottoirs que la prose de l’académicien à réciter. Le dernier convoi funéraire à avoir eu les honneurs des Champs Elysées était celui de Victor Hugo. Question de générations…

Par la rédaction

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs