12 mai 2012

A deux doigts de devenir professeur de philo, Sandro Ferretti tire le frein à main, effectue un tête à queue et se retrouve Commissaire divisionnaire de Police. Depuis, il n’aime pas trop raconter sa vie et préfère écrire sur celle des autres. Puisque le fond de l’air effraie, et pour exorciser cadavres, morgues et odeurs de formol, il a décidé de mettre des mots sur les maux.
Depuis 2008, certains de ses textes ont été publiés par des « pure players » tels que « Ring », « Agoravox » ou « Fraîches nouvelles ». Il est l’auteur d’un recueil de nouvelles intitulé « Affaires courantes », qui est en recherche d’éditeur.

Articles similaires



99,4 % des prévenus au Japon seraient condamnés selon Carlos Ghosn dont la conférence de presse a été diffusée en multivision. Voilà qui fait trembler.
oui