10 avril 2015
Richard, Sylvie, Juliette et les autres…

theatre des champs elysees bourdelle

Après une très belle Passion selon Saint Matthieu pour célébrer Pâques et avant de clôturer sa saison avec Macbeth et Marie Stuart de Donizetti- les Tudors sont à la mode en cette année 2015 avec par ailleurs une superbe exposition au Musée du Luxembourg- le Théâtre des Champs Elysées a présenté cette semaine sa saison 2015-1016. Surprise de taille, Wagner s’invite pour la première fois depuis longtemps avenue Montaigne avec Tristan et Iseult, dans une mise en scène de Pierre Audi-attention il faudra être avenue Montaigne à 18heures ! Autre annonce de son directeur Michel Franck devant l’assemblée présente, les adieux de Sylvie Guillem en septembre qui verront se presser le tout Paris, tout comme ceux de Juliette Gréco le 19 décembre. La “Danseuse” passe donc par Paris pour une dernière fois montrer à quel point elle fut une très grande, sinon la plus grande-y compris en taille de sa génération, associant virtuosité étourdissante à une intelligence tout aussi magnétique.

Pour le reste, on retiendra après Orlando, la direction de Théodora, oratorio de Haendel confié à William Christie avec l’enfant chéri du TCE, Philippe Jaroussky, la prise de rôle de Maria Agresta dans Norma, un sommet pour toute soprano dans une mise en scène du talentueux  Stéphane Braunschweig ainsi que Mitridathe composé par Mozart à 14 ans avec Emmanuelle Haïm à la baguette, Patricia Petibon et Sabine Devieilhe aux voix, laquelle chantera également La Somnanbule de Bellini en version concert. Il y aura également le Philarmonique de Vienne et Olympie de Spontini, une rareté.

Côté danse, Nicolas Le Riche est de retour avec sa femme Claire Marie Osta pour un pas de deux sur la musique de Matthieu Chedid en mars, Mats Ek à l’honneur avec trois ballets dont une création et Bianca Li qui s’aassocie avec la superbe étoile de l’Opéra de Paris, Marie-Agnès Gillot. De quoi donner envie à tous les amateurs de venir dans cette salle des beaux quartiers qui a su dompter ses prix en comparaison à l’Opéra de Paris, la catégorie la plus chère étant à 140 euros.

LM

Articles similaires