16 janvier 2015

“Si l’on m’avait dit mercredi dernier que je me retrouverais à défiler dimanche avec Netanyahu, Hollande et Sarkozy!”. Ce qui est génial avec un bon humoriste- Philippe Alevêque en l’occurrence qui, contrairement à Gad Elmaleh ou Djamel n’a pas évité la soirée Je suis Charlie de dimanche dernier, c’est qu’en un mot, il résume tout. On peut rajouter aujourd’hui le glas de Notre Dame qui sonne pour des anars de gauche athés, “Je suis Charlie” qui s’affiche sur Google ou Hichem, kiosquier dans le 19 ème qui s’est fait traiter de “Sale arabe” par une dame à laquelle il refusait de vendre cinq exemplaires de Charlie Hebdo. Le dessinateur Luz, revenu d’entre les morts et abonné aux enterrements s’en est amusé à celui de Wolinski-si l’on peut dire- en ajoutant: “la France est une grande démocratie”

De la stupeur, on est passé à la récupération nauséabonde: des preservatifs je suis Charlie ou encore la boite de nuit Régine qui invitait vendredi dernier à venir faire la fête “pour se changer les idées” avec une soirée spéciale Je suis Charlie- coupe de champagne offerte aux filles avant une heure du mat et tenue décontractée de rigueur. On ne sait si les bénéfices ont été reversés à la bande de joyeux drilles morts de rire et aux familles des victimes collatérales. 150 demandes d’enregistrement auprès de l’INPI, c’est une vague qui a déferlé de mug, pins et autres tee-shirt made in Bangladesh comme s’en est amusé un dessin de Charlie Hebdo. Charlie qui? Voilà ce que le critique musical du New York Times m’a dit à la conférence de presse de la Philarmonie, heureusement pas située dans une “no-zone” comme les appelle les quartiers dangereux de Paris la chaîne américaine Fox news. “Charlie Hebo”, je lui ai repondu en lui brandissant mon numéro déjà collector avec mon prénom écrit dessus. Dédé, mon kiosquier préféré me l’avait bien sûr mis de côté.  Pour lui, comme pour tous les autres kiosquiers en France, la semaine a été étrange. Voir des files d’attente se former devant eux au petit matin comme s’il vendaient le I phone 7, voilà qui n’est pas habituel. Sympatiser avec un flic , pour un journaliste, non plus. Du coup, on a zappé les soldes, y compris celles d’Hermès qui commençaient ce mercredi. Zut, on aurait pu s’offrir peut-être un Kelly à 3000 euros au lieu du triple et écrire dessus: Je suis Charlie.

LM

 

Articles similaires