14 mai 2016

photo 1-15

C’est sur la péniche Le Flow, amarrée au pied du Pont Alexandre III, que Philippe Katerine a choisi de faire son grand retour sur scène, en justaucorps des plus seyants bleu canard et quelques plumes sur la tête, à défaut qu’elles soient ailleurs… Il y parle de hérisson sciemment écrasé, d’éjaculation précoce, de chien “qui parmi tous les animaux qui pissent est le seul qui lève la cuisse” faisant au passage aboyer toute la salle , “des objets qui vivent plus longtemps que les gens”, à l’image de son père “j’ai perdu mon papa, ça va me rendre fou”;  autant de chansons tirées de son dernier album Le Film, pour deux heures de show poétique mêlant les Arabesques de Debussy à Laissez moi manger ma banane,  ou encore l’hilarant Comment tu t’appelles? décliné par le chanteur en mimiques dignes de l’Actor Studio. Un vrai régal à vous mettre des étoiles dans les yeux et du baume au coeur, rythmé par la complicité et le jeu idéal de la pianiste Dana Ciocarlie, avant de finir la soirée sur le rooftop, à regarder passer les bateaux…

LM

Philippe Katerine, Le Flow, le 17, 18, 24, 25, et 26 mai à 20 h 30

Articles similaires