9 janvier 2015
Pasolini, la mise à mort

pier-paolo-pasolini-2

La ressemblance est frappante: Willem Dafoe a ce beau visage anguleux et sombre qu’il partage avec cet esprit acéré que fut Pasolini. “Nous sommes tous en danger”, l’écrivain, poète, journaliste, scénariste et réalisateur italien, battu à mort en 1975 sur la plage d’Ostie, à Rome ne croyait pas si bien dire dans cet interview visionnaire donné à un journaliste du Corriere della sera. Avec de somptueux travellings sur la ville de Rome, Abel Ferrara livre un opus crépusculaire de la mise à mort d’un homme pour ses idées mais aussi son homosexualité. Elle est ici montrée crue, sans complexe, partie prenante de l’homme qui n’est pas que son oeuvre.

Bach et la Callas

Celui qui se définissait comme un “pied de biche “, très critique, en effet, envers la bourgeoisie et la société consumériste italienne alors émergente, fut également un grand artiste avec quatorze prix et neuf nominations pour ses films dont L’Évangile selon saint Matthieu auquel la bande son du film de Ferrara rend un émouvant hommage. Le final avec la Callas chantant Le Barbier de Séville tandis que la soeur, la mère et les amis du poète entrent dans leur deuil prend toute sa force aujourd’hui, face à celui des familles d’hommes qui n’étaient en colère que contre la connerie.

AW

Articles similaires