23 novembre 2016
Oscar Wilde, le dandy méconnu

1357250876652-cached

“J’ai mis tout mon génie dans ma vie, je n’ai mis que mon talent dans mes oeuvres”. C’est au Petit palais que le public parisien peut découvrir la première exposition entièrement consacrée à l’écrivain irlandais Oscar Wilde, célèbre pour ses citations et qui paya le prix fort de sa passion homosexuelle pour le jeune lord Alfred Douglas -il fut néanmoins marié et eut des enfants- en étant emprisonné et condamné à des travaux forcés dans la très puritaine Angleterre victorienne. Il ne s’en remit jamais et vint mourir en 1900, seulement âgé de 46 ans  dans une petite chambre rue des Beaux Arts à Paris, devenue depuis un hôtel de grand luxe. Car les temps ont changé et Oscar Wilde est aujourd’hui considéré comme un artiste complet, sachant peindre, dessiner et écrire-articles, romans, théâtre et poésie. Manuscrits, dessins, photographies, aphorismes, objets ayant appartenu à l’artiste, l’exposition se révèle remarquable et des plus originales avec cette idée de présenter une face méconnue d’Oscar Wilde dans ses débuts, lorsqu’il exerça le métier de critique d’art. Une série de tableaux sont ainsi accompagnés de leur commentaire lesquels permettent de saisir toute la culture et la sensibilité artistique de celui qui se plaisait à dire “nous sommes tous dans la boue, mais certains d’entre nous regardent les étoiles”.

Elève brillant dont la mère écrivait de la poésie, Wilde devint très vite un esthète, s’entourant du beau comme d’autres respirent et devint une référence du dandysme, non sans risquer de choquer. Une salle est ainsi entièrement consacrée à la pièce sulfureuse pour l’époque qu’il écrivit pour Sarah Bernhadt, Salomé, femme fatale s’il en est et qui fut censurée en Angleterre; les dessins ici rassemblés furent également accusés d’indécence. Autre ouvrage phare de l’écrivain, De Profondis, écrit en prison à l’attention de son amant est accompagné d’une vidéo de Robert Badinter qui écrivit une pièce, C.3.3 sur le procès et l’emprisonnement de Wilde. “Vivre est la chose la plus rare au monde, la plupart des gens se contentent d’exister”. On ne saurait mieux dire à suivre ce destin qui fut le sien…

AW

Oscar Wilde, l’impertinent absolu au Petit Palais jusqu’au 15 janvier 2017

Articles similaires