16 octobre 2014
On investigue…

5437959-la-voiture-electrique-se-fait-discrete-au-salon-automobile-de-geneve

Le fast checking (vérification de l’exactitude des chiffres en temps réel) va-t’il sauver le journalisme? Avec la vague propagandiste qui règne dans notre profession, la déconnexion des plus grands-il faut voir certains sujets à la limite de l’obscène pour les économiquement laissés pour compte au JT de France 2- ou le journalisme 2.0 qui montre bien que ce n’est pas parce que la toile s’enflamme avec un bon slogan marketing –Bring back our girls- que cela change quoi que ce soit au sort de ces pauvres jeunes filles enlevées au Mali, c’est au hasard d’un programme de France 5 que l’on pouvait cette semaine reprendre espoir. Nul grand reporter montrant les mêmes images de camps de réfugiés, l’horreur du virus Ebola ou la dramatique fonte de l’Antarctique, non, juste en plein barnum du salon de l’automobile, un gentil reporter qui avait décidé de tester la voiture électrique en allant en week-end à Honfleur. Pas de scoop, ni de prix Albert Londres à la clé mais un constat: au bout de 100 km, il était en panne. Tous les voyants qui s’allument, l’alarme qui sonne et l’autonomie promise, envolée. Le voilà donc sur un parking Auchan à essayer de recharger sa voiture à une borne, accessible seulement avec une carte prépayée disponible uniquement chez de rares concessionnaires (dont le plus proche a une borne mais pas pour les particuliers-sic) pour finir son reportage avec un plan bien moins chic que ceux de la Porte de Versailles-la voiture sur une dépanneuse. Du quotidien que l’on connait tous à travers ces promesses éhontées des publicitaires et autres grosses entreprises- à ce titre la carte pré chargée SFR pour internet relève de l’arnaque absolue- et qui sont rarement traitées par des médias qui sont essentiellement alimentés par des attachés de presse de plus en plus nombreuses et aux moyens illimités. Soyons sûrs qu’un voyage de presse pour présenter cette voiture électrique n’aurait pas donné les mêmes images. Alors bravo à ce heraut du journalisme qui a vu s’envoler son escapade normande au nom de l’information.

Par Laetitia Monsacré

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs