12 novembre 2014
Now, Un manifeste écologique naïf

NOW (Carolyn Carlson 2014)
Peut-on danser au fil du vent ? Invitée en résidence pour deux ans au théâtre de Chaillot, la chorégraphe Carolyn Carlson présentait jeudi dernier sa première pièce intitulé Now. Connue pour explorer les thèmes de la spiritualité, la chorégraphe s’attaque ici à la place de l’homme dans la nature. Now est un voyage initiatique de l’homme à travers la nature autant qu’une mise en garde très terre à terre contre la destruction de notre planète.
Il faut reconnaitre qu’il est est un des rares spectacles vivants à oser traiter d’écologie, thème devant lequel la France reste mal à l’aise. Mais la chorégraphe élargit rapidement son prisme en traitant du rapport de l’homme à son environnement. Prisonnier de l’accélération du temps et victime d’une perte du repère, Carolyn Carlson prône un retour aux racines, une resynchronisation avec le cycle naturel. L’influence de Rudolf Steiner, que la chorégraphe cite explicitement, est ici limpide.

Carlson fait du Carlson

Malheureusement, le spectacle n’évite pas les écueils que rencontre habituellement ce type message, comme la naïveté. L’accélération du temps symbolisé par de gigantesques horloges dont les aiguilles se sont emballées, ou l’omniprésence d’objet en bois, banc, table, arbustes, sont autant de symboles lourds et maladroits. Cet engagement écologique finit par flirter avec le ridicule lorsqu’une vidéo présente la troupe réunie autour d’un repas constitué de feuilles et de bouts de bois.

La chorégraphe réussit en revanche brillamment à instiller dans cette pièce la poésie et la spiritualité qui lui sont caractéristiques. Le sens moins explicite des photographies projetées au mur, à l’instar de cette vallée sombre dévorée par une immense montagne, frappe par leur aspect inquiétant. A ces images troublantes s’ajoute le travail exceptionnel d’éclairage de Patrice Besombes, créant à force de variations infinies sur les couleurs mordorées une multitude de tableaux magnifiques. Enfin l’influence du qi gong et du Tai chi revendiquée par Carolyn Carlson colore son langage chorégraphique d’une nouvelle teinte, faite de davantage de force physique et d’horizontalité.

Les admirateurs de la première heure de la chorégraphe sortiront réjouis de ce nouveau spectacle, salué d’ailleurs avec force par un public manifestement fidèle. Pourtant Now n’en reste pas moins une pièce très classique selon la grammaire « carlsonienne », exception faite de l’incise asiatique. Il faut espérer que les deux années à venir réserveront davantage de surprise.

Par Florent Detroy

Now, au Théâtre national de Chaillot du 6 au 16 novembre 2014

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs