23 septembre 2013
Nathalie Rykiel/  De l’élégance

Avec son Manifeste de la vie d’artiste, Bartabas avait mis la barre très haut en inaugurant cette collection chez Autrement où une personnalité en invite d’autres autour d’un thème en résonnance avec son “chemin de vie”. Après L’art de manger un peu décevant de Jean-François Piège, voilà au tour de Nathalie Rykiel de se prêter à l’exercice. Et d’offrir avec un bonheur certain une leçon d’élégance, thème qu’elle a logiquement choisi. Née dans la mode, la fille de Sonia Rykiel qui a su se faire un prénom tout en douceur prévient d’emblée: mode et élégance sont de nature bien différente, la première “se nourrissant d’éphémère, la où l’élégance s’imprime dans la durée”. Reste que la “femme en marche” que sa mère a inventée a certainement été une des premières déclinaisons dans le monde de Nathalie Rykiel à personnifier la définition latine de l’élégance, à savoir “qui sait choisir, élire”. Et ne saurait se passer, rajoute-t’elle dans une très belle introduction, de qualités humaines comme la bienveillance à l’image de Françoise Sagan à laquelle elle rend hommage mêlant souvenirs personnels liés autant aux lieux qu’aux rencontres. Dans celles-ci, il y a Sylvie Guillem, étoile, qui parle de “main intelligente” ou non chez ses partenaires lorsqu’il s’agit de pas de deux, de générosité comme chez Noureev qui n’avait aucune crainte face à la jeunesse ou du Japon où règne cet unique et délicieux art de vivre ensemble. Arthur Nauzyciel, metteur en scène a lui choisi de décrire une actrice, Adèle Haenel pour définir l’élégance, résumant joliment la chose en disant d’elle, “elle sonne toujours vrai”. De Pierre Hermé, le pâtissier bien connu,  à Pascal Gribier, jardinier-“l’élégance du jardin est qu’il échappe à la valorisation généralisée du monde”, mais encore Cédric Villani, ce mathématicien habillé comme un dandy qui se livre à une démonstration chiffres à l’appui de l’élégance d’une équation, les invités de Nathalie Rykiel sont un joyeux inventaire à la Prévert. Chacun apporte ainsi son regard et une richesse rare à ce recueil, tantôt avec des dessins-Claire Bretecher, Varham Muratyan, des recettes ou encore un texte pirouette d’Emmanuel Carrère sur l’écriture d’une nouvelle qui va des peintres flamands du XVème siècle à une jeune fille se masturbant sur Internet-tout en élégance… Mais le mot de la fin, sans doute revient-il à sa mère, Sonia Rykiel et ce constat d’une justesse rare: “l’élégance comme l’intelligence vous met en dehors des autres”. Voilà qui est merveilleusement réussi avec ce livre…

LM

Manifeste pour l’élégance de Nathalie Rykiel aux éditions Autrement- 22 euros- 149 pages

Après New York/Paris, un exemple de l’élégance selon Varham Muratyan

Articles similaires