15 janvier 2014
Musée du Louvre/ Robert Wilson en quelques objets

bobwilsongaga1

Revenu sur le devant de la scène avec la reprise de son opéra créé en 1976, Einstein on the Beach au théâtre du Chatelet, voilà le grand Bob Wilson qui se voit offrir par le Louvre, des Living rooms dont la salle de la Chapelle pour une carte blanche décoiffante. Le célèbre metteur en scène et plasticien a effectivement choisi d’occuper les lieux avec une centaine de ses objets personnels, une Living room issue de ses larges collections. Y prédominent les chaises et les chaussures, deux thématiques chères à cet Américain sexagénaire qui expose les escarpins en satin blanc et talons strass de la grande Marlène Dietrich ainsi que les chaussons de danse de Noureev. Des masques africains, la photo d’Einstein qui a inspiré l’Opéra créé avec Philip Glass, une baignoire épousant les formes, un lit immaculé de plus de deux mètres de large, voilà autant d’objets, de souvenirs d’une vie riche de création où l’esthétisme semble vital. Robert Wilson qui a inventé un style unique, épuré et visionnaire, traversant les années sans se démoder, ne pouvait toutefois se limiter à un espace… On le retrouve ainsi dans la galerie majestueuse des peintres français, à côté d’Ingres, David et Delaroche, pour une version moderne de La Mort de Marat où le révolutionnaire dans sa baignoire, assassiné par Charlotte Cordey n’est autre que Lady Gaga! Gros succès auprès des touristes qui seront peu à ne pas se perdre pour voir l’autre portrait en mouvement de la chanteuse cette fois en Mademoiselle Caroline Rivière, toile représentant cette jeune fille morte à 16 ans et peinte par Ingres que l’on peut voir au sous-sol dans la salle de la Maquette ainsi que les variations sur la tête de saint Jean-Baptiste, dont les toiles originales sont à retrouver dans une des nombreuses galeries du Louvre -comptez la journée…

AW

Living Rooms au Musée du Louvre, jusqu’au 17 février, avec programmations films et rencontres

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs