5 décembre 2014
Mr Turner, l’emerveillement

89u0949

Dans le salon du comte, on ne voit qu’eux. Deux toiles, deux ciels. Deux Turner. Mike Leigh, le réalisateur anglais de Secrets et mensonges ou encore du délicieux Be happy, a trouvé en Timothy Spall l’interprète magistral pour un peintre qui l’était tout autant. pensez-vous, peignant en crachant sur ses toiles, avec des oeufs et toutes sortes d’ingredients bien peu académiques, Joseph Mallord William Turner-Bill pour les intimes- fut le premier peintre abstrait de l’histoire de la peinture, bien avant Kandinski. Et cela un siècle avant! des marines avec des ciels légendaires, il glissa peu à peu vers l’abstraction, qualifiée de” dirty yellow pieces” par la jeune reine Victoria dans le film, moins avisée que les collectionneurs qui très vite s’arrachèrent ses toiles. pour servir la beauté absolue sortie des doigts du maître, Mike Leigh a fait un film qui se regarde comme un tableau, avec des paysages, des intérieurs à couper le souffle. Entre contemplation et jubilation devant la performance d’acteur de Timothy Spall qui lui a valu le prix d’interprétation au dernier festival de Cannes, grognant, troussant ou pleurant, on est transporté dans une fresque qui relève du sublime. Et comme une toile, prend son temps. A savourer donc…

LM

Articles similaires