17 septembre 2016
Millepied brillote au TCE

millepied-la-dance-project-creation-tce-paris-dossier-presentation-classiquenews-ballet-transcendanse-quintett-c-ryan-schude
Au cœur de cette rentrée culturelle riche en émotions, celle de Benjamin Millepied et son L.A. Dance Project était attendue en haut lieu pour cette troisième édition de la Série TranscenDanses au Théâtre des Champs-Elysées. Allait-il redorer son blason déchu suite à son éviction à la tête de l’Opéra de Paris en montrant qu’il était un créateur génial que cette haute institution française avait brimée ? La question était au centre des débats…
Force est de que constater qu’au sortir de cette soirée du 16 septembre, cette question est loin d’avoir des réponses claires et précises. Et pourquoi me diriez-vous ? Car sa dernière partie, celle que nous attendions, On the other side, une création française proposée le 24 juin dernier à Londres s’est révélée bien molle. Certes les danseuses sont performants, leurs costumes intéressants et la musique particulièrement adaptée de Philip Glass mais hormis les pas des deux de deux hommes et celui entre deux danseuses,  le vécu,  l’émotion, l’originalité, les envolées semblaient bien manquantes. Les applaudissements ont certes été fournis à la fin de la représentation, mais n’est-ce pas seulement le fruit d’un public bien élevé ? Nous sommes dans le très select Théâtre des Champs Elysées tout de même  et ce public n’est plus celui qui conspua la première du Sacre du printemps d’Igor Stravinsky le 29 mai 1913 sous la direction de Pierre Monteux…

Millepied, du bankable

Reste que le jeune américain a de l’entre-gens et une forte capacité à se « vendre » – c’est l’école américaine qui veut sûrement cela; nul doute qu’il continuera à remplir des salles avec sa troupe mais laisserait-il seulement une trace dans le monde de la danse ? Il est désormais de mise d’en douter.
Fort heureusement, cette soirée n’a pas été totalement gâchée grâce à cette première partie où était programmée Quintett !, un chef d’œuvre de William Forsythe datant de 1993. Ce ballet d’une douceur et d’une élégance rare a su nous émouvoir au point que nous aurions aimé le revoir dans la foulée pour en déceler toutes les subtilités râtées lors d’une première vision. Sinon que dire de ces tout aussi soporifiques Hélix ! de Justin Peck et Martha Graham Duets ! qui fort heureusement ne duraient que 9 minutes. Voilà qui, au final, fait un peu cher la place!

Par Frédéric Bosser

LA project au TCE jusqu’au 19 septembre 2016

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs