9 novembre 2016
Matin brun

 

NEW YORK, NY - NOVEMBER 09: Republican president-elect Donald Trump delivers his acceptance speech during his election night event at the New York Hilton Midtown in the early morning hours of November 9, 2016 in New York City. Donald Trump defeated Democratic presidential nominee Hillary Clinton to become the 45th president of the United States. (Photo by Chip Somodevilla/Getty Images)

Ce matin, l’action Sanofi a gagné 10%. Hillary Clinton avait en effet annoncé une baisse des médicaments; Trump élu, les grands laboratoires jubilent. Les Républicains et Marine Le Pen aussi devant ce raz de marée populiste qui fait trembler le monde, du Mexique à la France en passant par l’Iran. Après le Brexit, l’Amérique vient de faire mentir les sondages ce qui ne manquera pas d’inquiéter en cette campagne électorale qui débute en France. “Nous avions le choix pour conduire notre pays entre un pilote et un plombier” a résumé une citoyenne démocrate forcement dévastée par le résultat de cette folle nuit que Jim a suivi à la Maison de la radio où tout avait pourtant bien commencé, entre concerts et bar à bière géant. Très vite, celle-ci a manqué tandis que les grands écrans diffusaient CNN et Fox News, chaîne pro Trump, où Brett et Meghan, copies conformes de Ken et Barbie, présentaient la soirée avec une débauche de diagrammes et de chiffres. Dans les allées, ça discutait beaucoup entre Français et Américains présents, ces derniers tous d’accord pour dire que l’on avait le choix pour cette élection entre la peste et le choléra.

Un présentateur de Real TV pour sauver l’Amérique

Car, Hillary Clinton a personnifié cette Amérique élitiste qui s’est coupée de ceux qui souffrent, accusée d’enrichissement personnel à coups de conférences surpayées et de conflits d’intérêts. A partir de trois heures du matin, le nombre des grands électeurs acquis à Trump a commencé à faire vaciller les certitudes; “avec moi vous allez gagner tellement d’argent que vous ne saurez plus quoi en faire”, l’argument a fait ses preuves de l’Ohio à la Pennsylvanie-un à un les swing states s’affichent sur la carte en rouge. Au petit matin, alors que la pluie tombe drue sur Paris, le couperet tombe: les Américains, dont un sur deux pensent que le réchauffement climatique n’est pas du à l’homme, ont élu un président qui pense la même chose et a su personnifier, sans avoir jamais eu de mandat électif et fait faillite, l’homme providentiel qui va relancer la croissance, éviter la troisième guerre mondiale et les rendre aussi riches qu’il l’est. Fermer les frontières, renvoyer les  immigrés clandestins chez eux, on imagine ce matin la peur au ventre sur le chemin de l’école de leurs enfants scolarisés aux Etats Unis. Son sacre prononcé, un Congrès acquis à sa cause, l’ancien animateur de Real TV et son ancienne call girl d’épouse montent sur scène. On ne pouvait pas faire pire comme réveil…

Par Laetitia Monsacré

Articles similaires