4 décembre 2018
Mai 68, Nov 18, la prise des Champs Elysées

Trois jours après le “péril jaune” qui a vu 250 voitures incendiées dans Paris (pour rappel, il y en a eu 45 588 véhicules incendiés, dont 10 000 pendant les émeutes de 2005, la plupart appartenant à des personnes mal assurées-source Le Monde), 363 gardes à vue-du papy au casseur, 133 blessés dont 23 des “forces de l’ordre”-sic, 140 000 litres d’eau déversés, 10 000 grenades lacrymogènes et 7000 flashball, la réunion prévue pour une tentative de conciliation à Matignon ce matin a été supprimée. Faute de participants. Le temps n’est plus au dialogue, trop tard, trop de colère face à un gouvernement que “l’on ne croit plus”.  Quant au moratoire sur les taxes sur le fuel annoncé, l’annonce faite ce matin par Matignon fait l’effet d’une mauvaise blague. Les gilets jaunes de Paris au Pouzin, petite commune d’Ardèche, le disent: “on ne veut pas de violence” mais c’est vrai que “après trois semaines dans le froid, c’est même étonnant qu’ils ne pètent pas plus les plombs!”. Olivier Besancenot en avait les larmes aux yeux et, lui- pas à cause des gaz, mais de l’émotion- samedi soir sur France 2 en seconde partie de soirée, après Le grand show des humoristes, tandis que TF1 diffusait Danse avec les stars et M6, Le meilleur pâtissierà croire que c’est Macron qui avait fait la programmation genre “Allez, on se rendort”! Danielle Simmonet, élu dans le 20ème du Parti de gauche, invitée sur LCI,  a parfaitement résumé le malaise: “Macron, c’est un monarque qui, après avoir donné à ses amis, fait les poches des autres.” C’est en effet bien l’impression générale confirmé par ce senior gilet jaune à un péage qui s’indigne: “Ils prennent l’argent là où il faut pas.”  Alors, pour l’acte III, ce samedi, la France a grondé, a cassé, et a montré une image d’elle bien loin de celle qu’aurait aimé présenter notre président au reste du monde. Ainsi s’en offusquaient deux hommes très chics assis en terrasse à Saint Germain des Près, dimanche matin: “Ces gens-là montre une image de la France effrayante!“. Pardon? “Ces gens-là”? Toute la condescendance de l’élite de la Macronnie est dans cette expression. 5% de gilets jaunes violents pour 95 % de pacifistes et l’amalgame guette. Sans compter que, dans ce quartier de lettrés, comment oublier Saint Simon qui écrivait au XVIII ème siècle que “la mort du roi, du Duc de Berry, d’Angoulême et de tout les hauts dignitaires de l’Etat” ne serait rien face à celle “des cinquante meilleurs scientifiques, des cinquante meilleurs médecins, des cinquante meilleurs ouvriers, des cinquante meilleurs cultivateurs”-bref, la France qui travaille, qui se lève tôt, qui soigne les malades et nous nourrit, qui nous conduit sur nos lieux de travail , nous protège ou éduque nos enfants.

Un gouvernement autiste

En marche, droit dans le mur. Le “Je vous ai compris” de Charles de Gaulle, Président qui mis en place la Vème République n’ a sans doute pas été retenu par le cerveau de cet énarque qui donne à voir une gestion de la France- le mot est choisi-oligarchique et désespérante. “On ne cédera pas au chaos” martèle celui qui a été élu, certes démocratiquement avec 66 % des votes il y a un un et demi, mais rappelons-le, avec Marine Le Pen en face... L’écologie? On supprime des trains, des gares, et on demande aux Français les moins aisés de se déplacer plus vert. La santé? Ecoutez sur LCI face à David Pujadas, Ingrid Levavasseur, aide soignante, 1250 euros net par mois. Depuis trois semaines, elle dépose ses enfants avant d’aller bloquer un péage; elle a failli y perdre la vie sous les roues d’une femme hystérique au volant d’une grosse berline. “La même femme qui accepte d’être des heures bloquée dans les embouteillages pour aller au ski. Moi, je rêverais d’être bloquée des heures pour emmener mes enfants au ski! Mais de 9 heures à 19 heures, je fais le travail de deux personnes maintenant qu’on a supprimé la moitié des effectifs dans mon hôpital”. Pour ma part, sans doute une “sans dent” comme l’aurait stigmatisé François Hollande en son temps, ce samedi, j’ai attendu deux heures au Centre mutualisé de santé Saint Michel pour me faire recoller moins cher que chez un dentiste du quartier une dent “provisoire”, n’ayant pas de mutuelle ni les moyens de palier le non remboursement de l’acte- sans doute jugée comme une coquetterie par la Sécurité Sociale. Quand à la couronne, à mille euros pièce, pas question d’en refaire une depuis que j’ai perdu la précédente sur la place de l’Etoile suite à une balayette d’un CRS m’ayant mise à terre lorsque Greenpeace à l’occasion de la COP 21 (la fameuse ayant accouché des Accords de Paris, désormais intenables comme le confirme la COP24 qui vient de s’ouvrir en Pologne) avait repeint la Place de l’Etoile en jaune- déjà!-lire article. J’ai toutefois eu plus de chance que celui qui s’est fait tabassé rue de Berri par huit CRS samedi soir, – voir lien, pour lequel Libération a désavoué Le Monde avec une victime un peu trop vraie pour être la bonne… De quoi imaginer la colère et l’amertume de ces gilets jaunes occupant le milieu de la chaussée du boulevard Saint Germain, obligés de fuir sous le torrent des bombes lacrymogènes. “On a passé la matinée à se faire gazer même avenue Marceau alors qu’on était juste venus en pacifistes” s’exclame Salomé, une jolie petite blonde d’une vingtaine d’années, avant de devenir blanche à la vue d’une file ininterrompue de camions CRS fonçant vers eux. Nous publierons bientôt sa tribune, bien lointaine de celle du Journal du Dimanche, commanditée par Matignon où quatre gilets jaunes disent “tendre la main au gouvernement”-sic.

Pas bon pour le business ni les journalistes

Ecrivant cet article dans ma chambre, je frissonne. J’ai oublié de remettre le chauffage; dehors il fait 7°. “En plus il vont augmenter l’électricité” a ajouté ma jeune Che Guevara, avant de m’avoir fait part de sa méfiance à l’égard des journalistes. Ils ont d’ailleurs fait les frais des foyers d’insurrection comme ce cameraman de BFM Paris qui n’a pas osé allumer sa “minette” ( c’est le nom de la lampe sur la caméra) pour filmer sans être repéré. “TV Macron” comme on l’appelle tandis que Le Parisien, propriété de Bernard Arnault, première fortune de France, décrit François Hollande comme “se pavanant” auprès des gilets jaunes et titre “Ambiance de guerre civile à Paris”, avec une demie page consacrée à l’évacuation des grands magasins -Le Bon Marché, propriété de LVMH,  obligé de fermer à 18h30 malgré “les consommateurs les bras chargés de cadeaux”- on dirait du Dickens à lire le journaliste! Quant aux touristes que vont-ils penser de ces voitures qui brûlent? Pamela Anderson, plus connue pour son tour de poitrine a prouvé qu’elle avait néanmoins un cerveau, s’exprimant là où les autres people sont bien silencieux: ” Au lieu d’être hypnotisé par les images de voitures qui brûlent, il faut se demander quelle est la raison de cette violence?”. Dans les très chics avenues Kléber et Foch, pleine de diesel ou d’essence, quand ça crame, c’est l’égalité. Une élue verte sur LCI s’interroge: “Quand on habite Paris, est-ce bien nécessaire d’avoir un 4X4?”. Ouf, le mien, indispensable pour aller à la campagne-il ne bouge pas le reste de la semaine-avec toute mon arche de Zoé et mes deux enfants est immatriculé 78. Vignette AirParif 3, acheté d’occasion 15 000 euros, le prix d’une Zoé électrique neuve. Le vendeur, un dentiste parisien, voulait passer à l’hybride; il a acheté le même, neuf- 150 000 euros.

Edouard Philippe, droit dans ses bottes

Sur France Inter, la seule radio a avoir relayé les huées dont a été l’objet Macron dimanche avenue Kléber- rien dans les JT nationaux- Daniel Cohen-Bendit le dit: “Il ne faut pas toujours vouloir être le premier de la classe, si ça ne passe pas, il faut accepter de capituler, commente-t”il. Macron est arrivé là car la faiblesse des autres politiques face à lui était incroyable, il paye aujourd’hui son absence totale d’expérience de la politique”. Dans ces conditions, Edouard Philippe, en bon premier ministre-fusible de la Ve République face à un 3jupiter “qui ne tient plus la foudre (car) elle lui est tombée sur la tête” comme le commente avec justesse Laurent Joffrin dans son édito dans Libération, passera-t’il Noël?  Les agriculteurs, les étudiants-100 lycées étaient bloqués hier et les universités se mobilisent face aux frais de scolarité passés à 3000 euros annuels pour les étrangers- au Maroc où nous étions en reportage la semaine dernière, on fustigeait ainsi “cette France qui se ferme aux moins riches”. Sauf, que lorsque l’on y habite, on n’a pas le choix. Enfin, ce décembre 2018, il pourrait bien y avoir un Noël autre que l’obscène foire consumériste à laquelle les 40 % de Français vivant sous le seuil de la pauvreté ne peuvent plus depuis longtemps participer, tandis que la France a été en 2017 le pays au monde où le nombre des millionnaires a le plus augmenté. On verra ça samedi prochain, en espérant que cette fois, les CRS protègent aussi bien l’Arc de Triomphe que les magasins.

Par Laetitia Monsacré

A voir les chevaux dans Paris samedi soir, on croirait Macron en selle pour la transition énérgetique

 

Grand nettoyage dimanche matin, les blouses blanches remplacent les gilets jaunes

Il reste encore beaucoup à faire dans les quartiers chics

Notamment avenue Kléber, mais bon ça ne ressemble pas encore à Bondy un soir de St Sylvestre…

La toute nouvelle boutique 19 rue Cambon est déjà rouverte avec Chanel qui nous a répondu n’avoir eu que quelques articles volés, loin du pillage annoncé par…

…Macron TV, de l’anxiogène en robinet pour homme et femme en mal d’émotions fortes

D’autres auront leurs assureurs à appeler

Mais les vrais voleurs étaient bien protégées, n’est-ce pas HSBC, jamais condamné malgré les Panama Papers ou LVMH, fabriquant en Chine puis finissant en France ses produits made in Luxe

La nouvelle Marianne des sans culottes, sur LCI pour La grande Explication, présenté par David Pujadas

Rue Saint Honoré, les “sans dents” dorment encore dehors; pour l’instant tout va bien Madame la Marquise…

 

 

 

 

 

Articles similaires