10 juin 2017
M électrise Pleyel

 

Les fauteuils assez inconfortables de Pleyel ont peu servi. Car quand on est un showman comme M, c’est dès la première chanson que la salle pleine à craquer se lève; Je ne connais pas l’Afrique, le voilà sagement coiffé mais avec un costume jaune de lumière pour un premier tube clin d’oeil de ce nouvel album Lamomali où le chanteur a convié la crème de la musique malienne pour l’accompagner dans deux heures trente de régal où l’on a pu entendre la kora de Toumani Diabaté, la sublime voix de la chanteuse Fatoumata Diawara, Oxmo Puccino, un quatuor classique ou encore Philippe Jarrousky, en jean, donner dans les vocalises. Du rock mais aussi des moments de poésie comme ce griot parlant de son cher Mali ou la mise en musique d’un texte de sa chère grand mère disparue, Andrée Chedid, une magnifique reprise de  Sauver l’amour de Balavoine, M a tout donné devant un public forcement emballé devant la débauche de lumières époustouflantes, tantôt dans une ambiance Daft Punk, tantôt dans celle d’une tente africaine. Du très grand spectacle qui commençait ce vendredi soir sa tournée et place la barre très haut avec des musiciens au top et un public justement conquis. 

LM

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs