24 mai 2016
L’Opéra Comique hors les murs

pleine_nuit_mea_01

La Salle Favart est en travaux depuis l’été 2015, jusqu’au début de l’année 2017, mais l’Opéra Comique n’est pas au chômage technique. Sous la houlette de son directeur, Olivier Mantei, le successeur de Jérôme Deschamps, l’institution parisienne multiplie les initiatives, dans et hors de ses murs : rencontres avec les artistes de Fantasio, la production qui inaugurera la réouverture, parrainage en devenant co-producteur de la création Kein Licht de Philippe Manoury, prévue à l’automne 2017, installation artistique de Christian Boltanski, Jean Kalman et Franck Krawczyk. En mi-février, Pleine nuit a offert à des centaines d’amateurs de déambuler au milieu des échafaudages de Favart au son d’une fanfare funèbre, dans une demi-pénombre poétique : un parcours d’une trentaine de minutes, au juste format pour ne pas verser dans la redondance. A la rentrée, la maison prendra ses quartiers au Musée d’Orsay, pour Un dîner avec Jacques, spectacle réunissant les pages les plus savoureuses d’Offenbach autour de la bonne chère, en lien avec l’exposition Spectaculaire Second Empire. Et pour rester au rayon des papilles, un concours de pâtisserie sera lancer pour imaginer un gâteau emblème, le Favart – dont Offenbach avait justement déjà imaginé une recette. Même sans domicile stable, l’Opéra Comique reste plus que jamais vivant !

GC

Articles similaires



Il y a 120 ans, en janvier 1898, Zola écrivait son "J'accuse". Journalistes, avocats, universitaires, écrivains, nous sommes les Stylos Noirs, rdv sur Twitter et Facebook @Stylosnoirs