14 avril 2016
L’ombre de Renaud

Le-nouvel-album-de-Renaud_news_thumb

Tatouages, yeux bleus fatigués, Renaud revient après dix ans d’absence avec une couverture médiatique à la hauteur de celles réservées au passage au trépas. Sauf qu’il est en ce mois d’avril de toutes les couvertures et émissions possibles pour assurer la promotion de son dernier album Toujours debout, lequel suscite déjà des ventes records-200 000 CD vendus depuis sa sortie et des déclarations de fans d’amour pas vraiment objectives. Cet album du retour laisse en effet plus que dubitatif  à l’écoute, avec des textes bien éloignés de ce qu’il a pu faire dans le passé; cela tourne beaucoup autour de lui, comme dans les titres “La vie c’est moche et c’est trop court”, Mon anniv” où la charge est des plus frontales, “dites à tous ses trous du cul que je continue à chanter”, les mêmes qui l’avaient vu “sombrer dans les abîmes anisés”.  Après des bijoux comme Mort les enfants en 1985 ou Manhattan Kaboul en 2002, l’inspiration semble particulièrement lui manquer dans les sujets d’actualité comme “J’ai embrassé un flic” ou “Hyper casher” qui tombent bien à plat, avec des paroles quasi lénifiantes. Renaud père et grand père, voilà  Petit Bonhomme, bien gentillet “Oublie tous les vautours, ton papa est là” ou Héloïse, dédiée à sa petite fille, deux titres fort loin de la poésie de Mistral gagnant ou de Lolita. Bref un album qui donnera envie de réécouter ce que fut Renaud et ce qu’il n’est malheureusement plus, rares étant les journalistes pour l’admettre sous le feu des commentaires de ses fans. Ils seront toutefois, à n’en pas douter, nombreux à aller l’écouter en concert en octobre prochain dans l’espoir que sa voix qui,  ne sera pas mixée, tienne en live la route et qu’il ne soit pas avare de reprises…

LM

Articles similaires