14 janvier 2017
Les migrants, plus juteux encore que la drogue

4870763_6_9be3_125-conteneurs-peuvent-accueillir-1-500_b7dee582b6c58478e7d3ae6f32f94877

Le magazine Envoyé spécial continue à confirmer la qualité de ses reportages depuis la prise des commandes par Elise Lucet en septembre dernier. Malheureusement programmé en fin d’émission, Qui veut gagner des migrants? est une incroyable plongée dans le business des camps de réfugiés avec cette idée de démontrer que l’argent public peut rendre millionaire ceux qui en ont fait leur commerce. Car “le migrant est une manne financière” de l’Italie à la Suède en passant par la France. Entrepreneurs mafieux, fonds d’investissements, nombreux sont ceux qui ont flairé la bonne aubaine à 30 euros la nuitée pour ces Syriens et autres Africains qui débarquent dans nos riches pays. Un exemple, les containers qui en offrant des dortoirs de douze permettent de gagner 100 000 euros par jour rien que pour loger les 10 000 migrants de Calais. “C’est un marché comme un autre, on produit donc on doit avoir un rentabilité” se défend ainsi un Français qui fournit ces nouveaux types de logement.

Des marges jusqu’à 30 %

En Suède, pays qui a accueilli 160 000 migrants, un ancien propriétaire de boite de nuit confirme le cynisme de ceux qui peuvent atteindre une marge de 10 à 30 % et afficher 12 millions d’euros de bénéfice. En Sicile, la mafia est passée par là avec des pots de vin et des arnaques en tous genres pour loger avec trois lavabos pour 160 réfugiés, pas de chauffage en hiver- cinq migrants sont morts pendant la vague de froid qui vient de s’abattre sur l’Europe- ceux que plus personne ne veut ainsi désormais accueillir. Un marché juteux qui a même fait dire à l’un de ces marchants de sommeil que “le trafic de drogue était moins rentable que de loger des migrants”. Une phrase scandaleuse parmi tant d’autres que les reporters d’Envoyé spécial ont recueilli au fil de ce formidable travail d’enquête qui donne une fois encore peu confiance en l’humanité…

LM

Articles similaires