27 juin 2013
Les Incontournables

Parmi la myriade de festivals qui scintillent dans les cieux festivaliers, l’étoile d’Aix brille sans relâche depuis plus de soixante ans. Et cette édition 2013, qui se tient du 4 au 27 juillet, ne dérogera pas à la réputation désormais internationale des lieux. Patrice Chéreau et Esa-Pekka Salonen feront trembler le Grand-Théâtre de Provence avec l’Elektra de Richard Strauss, alors que Robert Carsen signera un Rigoletto qui sera repris l’hiver prochain à Strasbourg. Jeune chef argentin qui a décidément le vent en poupe, Leonardo Garcia Alarcon révèlera le piquant originel du premier opéra-bouffe de l’histoire, Elena de Cavalli, dans l’écrin intimiste du Théâtre du Jeu de Paume. Quant à la reprise du Don Giovanni très soap opera de Tcherniakov, fera-t-il davantage l’unanimité sous la baguette de Marc Minkowski ?
Moins mondain, le festival Radio France de Montpellier, également en juillet, a fait de la redécouverte d’ouvrages tombés dans l’oubli son cheval de bataille. Ainsi Nora Gubisch redonnera-t-elle la voix à La Vivandière d’un certain Benjamin Godard, sous la baguette de son époux, Alain Altinoglu, applaudi ces dernières semaines dans Mârouf à l’Opéra Comique. On retrouvera d’ailleurs le chef d’orchestre dans Le Bal Masqué de Verdi à Orange les 3 et 6 août, séance de rattrapage dans le théâtre antique pour ceux qui auraient fait l’impasse sur Le Vaisseau fantôme de Wagner le 12 juillet – la seconde représentation prévue le 15 ayant été annulée pour des raisons budgétaires.

Des cigales au cidre breton

Impossible également de ne pas succomber aux sortilèges du piano sur fond de cigales dans le parc du château de Florans à La Roque d’Anthéron. Entre fidèles et nouveaux talents, les raisons de partager les coups de cœur de René Martin, le fondateur et toujours capitaine du navire, ne manqueront pas, chaque concert étant suivi des traditionnelles séances de dédicaces avec les artistes, toujours chaleureuses – du 20 juillet au 20 août. Les amateurs de baroque mettront quant à eux cap sur Beaune, où depuis trois décennies Anne Blanchard programme au fil des week-ends de juillet dans des lieux aussi chargés d’histoire que la Cour des Hospices et la Basilique Notre-Dame, les monstres sacrés d’aujourd’hui, et surtout de demain.
Le sud étant décidément “the place to be” en juillet, vous ne manquerez pas de passer à Avignon, passant du off aux grandes pointures du on. Cette édition sera la dernière programmée par Hortense Archambault et Vincent Baudriller, qui passeront la main à Olivier Py l’année prochaine. Krzysztof Warlikowski et son Cabaret Varsovie, Jan Fabre, Jérôme Bel, Roméo Castellucci, Stanislas Nordey, Teresa de Keersmaeker, toute l’avant-garde du théâtre et de la danse sera là, du 5 au 26 juillet. Châlon-sur-Saône reste quant à lui la référence pour les arts de la rue – plus de 200 spectacles, pour l’essentiel gratuits, du 24 au 28 juillet.
Mais l’on pourra aussi investir les charmes moins tapageurs du sud-ouest, véritable oasis pour le jazz – les festivals se comptent par dizaine entre Albi et Pau, même si le genre a bien évidemment sa Mecque, au cœur du Gers : Marciac. Du 26 juillet au 15 août, Wayne Shorter, Richard Galliano, Goran Bregovic et tant d’autres sont à l’affiche de cette trente-sixième édition riche en rythmes et improvisations. Vous aurez d’ailleurs sans doute entendu l’appel de l’Atlantique pour les très populaires Francofolies de La Rochelle du 12 au 16 juillet, ou les Vieilles Charrues, à Carhaix en Bretagne, du 18 au 21. Et immanquable est l’Interceltique de Lorient, du 2 au 11 août.
A moins que vous ne préfériez un été en version trek urbain. Ce sera alors Bordeaux, destination désormais très trendy, qui célèbre les quarante ans du CAPC, ou Nancy, animée par le programme Nancy Renaissance jusqu’au 4 août. Une bonne idée pour redécouvrir la place Stanislas et les témoignages de l’Art Nouveau lorrain…

Articles similaires