3 mars 2018
Les César, Terzian a osé arborer le ruban blanc

21 heures, JimLePariser est arrivé à temps devant sa télévision pour regarder les César diffusé en direct et en clair sur Canal Plus. Des embouteillages à la sortie de Paris, faire attention à ne pas rouler trop vite et à ne pas écraser un chevreuil ou un lièvre en arrivant dans la maison de campagne pour découvrir le maître de cérémonie, l’humoriste et acteur Manu Payet, excellent de bout en bout pour présenter une soirée bourrée d’humour, entre “le moment gênant” ou “les films qu’on fait pour payer ses impôts comme Mamie Clito 1, 2 et 3”. Une soirée que nous n’avons pas vu en étant assis dans la salle Pleyel, notre media étant définitivement blacklisté auprès d’Alain Terzian, et pour cause!-lire article. Notre enquête promise pour la Saint Valentin est d’ailleurs toujours en cours, les langues se déliant partout en France dans le monde politique ou social- Tarik Ramadan est en prison, Nicolas Hulot et l’UNEF sur le gril après le dépôt de plainte de Pascale Mitterrand-un scoop du magazine Ebdo- et le témoignage dans Libération de seize militantes victimes de harcèlements ou de viols de la part de dirigeants de l’organisation étudiante, bref les porcs tombent dans tous les secteurs, sauf contrairement à Harvey Weinstein et autres Kevin Spacey à Hollywood, dans la grande famille du cinéma français.

#BalanceAlainTerzian

Et pourtant, Alain Terzian,  le Président des César qui s’est autoproclamé en 2003- aucune élection n’a eu lieu pour succéder au ô combien regretté Georges Cravenne- qui est également président de sa société de production Alter Films et à la tête de l’Union des Producteurs de Films ne saurait finir par être lui aussi “balancé”. La réalisatrice Alexandra Leclère, 14 ans de carrière et six films dont Les Soeurs fâchées en 2004 avec Isabelle Huppert et Catherine Frot puis Le Prix à payer, dont le thème principal est la relation difficile entre un mari et sa femme, aurait en effet largement de quoi faire “sa Pascale Mitterrand” selon nos informations.

Mademoiselle Jeanne Moreau

Mais, rendons à César ce qui lui appartient. Trente ans après sa mort, c’est une soirée du tonnerre que Canal Plus a diffusé ce vendredi soir avec Vanessa Paradis en Présidente, vêtue d’une étourdissante robe Chanel rose et au discours des plus inspirés, rendant hommage à Jeanne Moreau après une sélection des meilleurs extraits de ses films, de Jules et Jim de Truffaut en passant par Ascenseur pour un échafaud de Louis Malle ou encore Nikita de Luc Besson: “Il y a deux choses capitales: la féminité et la liberté d’en abuser” y confie-t-elle dans l’extrait diffusé à Anne Parillaud. On ne saurait mieux dire, n’est-ce pas ô combien courageuse Catherine Deneuve?

The girl power

Vanessa Paradis arborait quant à elle un ruban blanc témoignant des violences faites aux femmes, avant que Penélope Cruz qui le portait également, ne s’émeuve dans un français parfait et aux bords des larmes après une standing ovation, combien elle était honorée de recevoir un César d’honneur; lequel salue une carrière sans fausse note, de la bombe sexuelle de Jàmon, Jàmon en 1992– “tu es una jàmona”- à son dernier film Todos Lo Saben- Tout le monde le sait- d’Asghar Farhadi, un thriller hispano-franco-italien où elle donne la réplique à son mari Javier Bardem “mi corazon grande”, assis à gauche salle Pleyel tandis qu’à sa droite, la somptueuse espagnole avait droit à…Alain Terzian. Féministe s’il en est- on a appris ainsi dans le Sunday Times -et oui, Jim était en reportage à Londres le week-end dernier-que l’actrice “arrange” la fin des contes qu’elle lit à ses deux enfants, les jugeant trop “machistes”.

Le sacre de 120 battements et Au revoir là-haut

Grands vainqueurs de la soirée, 120 battements par minute et Au revoir là haut. Le premier a raflé six César dont le Meilleur film de l’année, avec son réalisateur Robin Campillo qui associa dans son discours le combat d’Act up à celui des migrants: “Silence=Mort”. Nahuel Perez Biscayart a reçu le César du Meilleur espoir masculin pour son rôle de Sean, militant borderline et Antoine Reinartz celui du Meilleur acteur dans un second rôle en Président d’Act up, livrant tous deux au public de Pleyel des discours fracassants. L’autre grand gagnant,  Au revoir là-haut réalisé par Albert Dupontel-absent, est l’adaptation du livre éponyme de Pierre Lemaitre, lequel avait obtenu l’an dernier le Goncourt avec cet incroyable récit d’une arnaque aux monuments aux morts après la Première guerre mondiale, “un film sur ceux qui ne trouvent pas leur place dans la société” comme le souligna très justement sur la scène de Pleyel le désormais “très bankable” écrivain.

Petit Paysan, Jeanne Balibar, on aboie de bonheur

Mais les plus beaux moments de la soirée furent les récompenses ô combien méritées pour Petit Paysan, “un film de plouc pour les ploucs racontant la vie d’un plouc” comme s’en amusa son réalisateur Hubert Charuel qui a vu son acteur principal, le jeune Swann Arlaud remporter le Graal avec le César du Meilleur comédien face à du lourd: Louis Garrel, Daniel Auteuil , Reda Kateb ou encore Jean-Pierre Bacri, Sara Giraudeau remportant celui de meilleure actrice dans un second rôle.

Enfin, à minuit passé, Jeanne Balibar  a été sacrée Meilleure actrice pour son interprétation de Barbara dans son neuvième film sous la direction de Matthieu Almaric. “Nous tenons toutes ensembles” (…), merci Barbara d’avoir été cette amie depuis l’enfance qui exalte notre mal de vivre comme notre joie de vivre”, son discours fut un pur moment de grâce, ajoutant après le gong des deux minutes 30 imposées par Canal Plus ” qu’un film, c’est dire qui on est, pas de respecter un cahier des charges” puis de conclure que “face au sida, face aux migrants, ne détournez pas le regard”. Minuit quinze, la cérémonie est finie, Manu Payet remercie Martine Saada, présidente du CNC, Dominique Farrugia son complice et plein d’autres. Sans un mot pour Alain Terzian.

Par Laetitia Monsacré

Articles similaires